Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2017

La citation du jour - 603 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

littérature,spiritualité,citations,livres 

Voyons la vie sous son jour véritable... C'est un instant entre deux éternités.

Thérèse de l'Enfant Jésus, Lettre à Céline, dans: Pierre Descouvemont, Méditer avec Sainte Thérèse de Lisieux (Salvator, 2014)

image: Carmel de Vinça / France (carmel.asso.fr)

08/01/2017

Une étreinte de feu - 68 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

0_1.jpg

Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère 
Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit 
Tu le sais, ô mon Dieu! pour T’aimer sur la terre 
Je n’ai rien qu’aujourd’hui!…
 
Oh! je T’aime, Jésus! vers toi mon âme aspire 
Pour un jour seulement reste mon doux appui. 
Viens régner dans mon cœur, donne-moi ton sourire 
Rien que pour aujourd’hui!...
 
Que m’importe, Seigneur, si l’avenir est sombre? 
Te prier pour demain, oh non, je ne le puis!… 
Conserve mon cœur pur, couvre-moi de Ton ombre 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Si je songe à demain, je crains mon inconstance 
Je sens naître en mon cœur la tristesse et l’ennui. 
Mais je veux bien, mon Dieu, l’épreuve, la souffrance 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Je dois Te voir bientôt sur la rive éternelle 
O Pilote Divin! dont la main me conduit. 
Sur les flots orageux guide en paix ma nacelle 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Ah! laisse-moi, Seigneur, me cacher en Ta Face. 
Là je n’entendrai plus du monde le vain bruit 
Donne-moi Ton amour, conserve-moi Ta grâce 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Près de ton Cœur divin, j’oublie tout ce qui passe 
Je ne redoute plus les craintes de la nuit 
Ah! donne-moi, Jésus, dans ce Cœur une place 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Pain vivant, Pain du Ciel, divine Eucharistie 
O Mystère sacré! que l’Amour a produit… 
Viens habiter mon cœur, Jésus, ma blanche Hostie 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Daigne m’unir à Toi, Vigne Sainte et sacrée 
Et mon faible rameau Te donnera son fruit 
Et je pourrai T’offrir une grappe dorée 
Seigneur, dès aujourd’hui...
 
Cette grappe d’amour, dont les grains sont des âmes 
Je n’ai pour la former que ce jour qui s’enfuit 
Ah! donne-moi, Jésus, d’un Apôtre les flammes 
Rien que pour aujourd’hui...
 
O Vierge Immaculée! C’est Toi ma Douce Etoile 
Qui me donnes Jésus et qui m’unis à Lui. 
O Mère! laisse-moi reposer sous Ton voile 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Mon Saint Ange gardien, couvre-moi de Ton aile 
Eclaire de Tes feux la route que je suis 
Viens diriger mes pas… aide-moi, je T’appelle 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Seigneur, je veux Te voir, sans voile, sans nuage, 
Mais encore exilée, loin de Toi, je languis 
Qu’il ne me soit caché, ton aimable visage 
Rien que pour aujourd’hui...
 
Je volerai bientôt, pour dire Tes louanges 
Quand le jour sans couchant sur mon âme aura lui 
Alors je chanterai sur la lyre des Anges 
L’Eternel Aujourd’hui!…

 

Thérèse de Lisieux, Poésies - Mon chant d'aujourd'hui, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1992)

illustration musicale: Michael Lonsdale

18/12/2016

Morceaux choisis - 87 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

00_15 Monast St Joseph Avila.jpg

Je suis loin d'être une sainte... Je devrais, au lieu de me réjouir de ma sécheresse l'attribuer à mon peu de ferveur et de fidélité, je devrais me désoler de dormir pendant mes oraisons et mes actions de grâces, eh bien, je ne me désole pas... Je pense que les petits enfants plaisent autant à leurs parents lorsqu'ils dorment que lorsqu'ils sont éveillés, je pense que pour faire des opérations, les médecins endorment leurs malades. Enfin, je pense que le Seigneur voit notre fragilité, qu'Il se souvient que nous ne sommes que poussière.

Thérèse de Lisieux, Manuscrit A, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1992)

image: Monastère Saint Joseph d'Avila, Espagne (sanjosedeavila.es)

14/12/2016

Laudem Gloriae - 33 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Souvent, sans le savoir, les grâces et les lumières que nous recevons sont dues à une âme cachée, parce que le bon Dieu veut que les Saints se communiquent les uns aux autres la grâce par la prière, afin qu'au Ciel ils s'aiment d'un grand amour, d'un amour bien plus grand encore que celui de la famille, même la famille la plus idéale de la terre. Combien de fois ai-je pensé que je pouvais devoir toutes les grâces que j'ai reçues aux prières d'une âme qui m'aurait demandée au bon Dieu et que je ne connaîtrai qu'au Ciel.

Oui, une toute petite étincelle pourra faire naître de grandes lumières dans toute l'Eglise, comme des docteurs et des martyrs qui seront sans doute bien au-dessus d'elle au Ciel; mais comment pourrait-on penser que leur gloire ne deviendra pas la sienne? Au Ciel, on ne rencontrera pas de regards indifférents, parce que tous les élus reconnaîtront qu'ils se doivent entre eux les grâces qui leur ont mérité la couronne.

Thérèse de Lisieux, Derniers entretiens, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1992)

13/11/2016

Morceaux choisis - 68 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

1_Carmel Verdun II.jpg

J'ai remarqué bien des fois que Jésus ne veut pas me donner de provisions, il me nourrit à chaque instant d'une nourriture toute nouvelle, je la trouve en moi sans savoir comment elle y est... Je crois simplement que c'est Jésus Lui-même caché au fond de mon pauvre petit coeur qui me fait la grâce d'agir en moi et me fait penser tout ce qu'Il veut que je fasse au moment présent.

Thérèse de Lisieux, Manuscrits autobiographiques - Manuscrit A, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1992)

image: Carmel de Verdun / France (carmel.asso.fr)

29/10/2016

Présence de Dieu, présence à Dieu - 2

Présence de Dieu, présence à Dieu - II

1.jpg

Cette Bonne Nouvelle - Demeurez en moi, comme je demeure en vous - le Carmel l’accueille avec empressement et joie. Sainte Thérèse d’Avila a construit l’œuvre de sa maturité - Le Château intérieur ou Les Demeures - sur cette certitude de la présence de Dieu au plus intime du cœur du croyant.

Vivre en présence de Dieu, voilà le cœur de la vie du Carmel. Ce n’est pas une affaire d’intelligence, ni d’imagination, ni de sensibilité, mais une affaire de foi et d’amour.

Tout baptisé peut y prétendre humblement. Loin de détourner les laïcs de leurs responsabilités terrestres, cette vie cachée en Dieu, qui fut celle de Marie, Notre-Dame du Mont Carmel, les achemine à une profondeur et une paix, une joie que le monde ne peut donner.

Présence à Dieu dans et par son Verbe, le Christ, lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie (Jn 14,6). Le cheminement du chrétien sera donc l’union d’amour au Christ, la conformation à l’image du Fils de Dieu. Tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître (Jn 15,15), nous dit Jésus. Celui qui m’aime gardera ma Parole (Jn 14,23). Dieu nous est aussi présent par sa Parole dans l’Ecriture. Celle-ci est la nourriture première de l’oraison. La découvrir, la méditer est un souci quotidien et les saints du Carmel nous aident à cette méditation.

Ainsi sainte Thérèse d’Avila, dans Le chemin de la perfection fait, entre autres, un long commentaire du Pater. Ainsi saint Jean de la Croix illustre en ses écrits ce passage de l’Epître aux Hébreux: Vivante est la Parole de Dieu, énergique et plus tranchante qu’aucun glaive à double tranchant. Elle pénètre jusqu’à diviser âme et esprit, articulations et moelles. Elle passe au crible les mouvements et les pensées du cœur; tout est à nu à ses yeux, tout est subjugué par son regard. C’est à elle que nous devons rendre compte. Ainsi sainte Thérèse de Lisieux disait à la fin de sa vie: C’est par-dessus tout l’Evangile qui m’entretient pendant mes oraisons; là je puise tout ce qui est nécessaire à ma pauvre petite âme.

Carmel de France, Présence de Dieu - Présence à Dieu / extraits (carmel.asso.fr)

image: Carmel de Basse-Terre, Guadeloupe (service-des-moniales.cef.fr)

24/10/2016

Morceaux choisis - 562 / Philippe de Jésus-Marie

Philippe de Jésus-Marie

littérature,spiritualité,marie,morceaux choisis,livres

L'abandon confiant dans les mains de Marie est une merveilleuse disposition pour entrer en relation, en conversation avec son Fils dans le mystère de Sa sainte Humanité. La contemplation de la Vierge est une véritable école du regard, du coeur, pour reconnaître la présence de Dieu dans nos vies. Cela doit être particulièrement vrai pour la première étape de chacun de nos temps de prière ou de lecture de la Parole de Dieu. Se confier à Marie au moment où nous allons ouvrir la Bible ou entrer en oraison est un beau geste d'humilité, de décentrement de soi et d'ouverture à la grâce divine. Cela nous dispose particulièrement au don de la contemplation. Marie est la porte du Ciel, le sein virginal par lesquels Dieu vient à nous et en nous.

Les jours où l'oraison est plus difficile, du fait d'une grande fatigue ou de soucis pesants, nous pouvons encore glisser notre pauvre prière dans celle de la Vierge. Un beau témoignage de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, au sujet de son action de grâces après la communion eucharistique, est un exemple éloquent de cette prière faite en Marie et par Marie:

Je ne puis pas dire que j'aie souvent reçu des consolations pendant mes actions de grâces, c'est peut-être le moment où j'en ai le moins... Je trouve cela tout naturel puisque je me suis offerte à Jésus non comme une personne qui désire recevoir sa visite pour sa propre consolation, mais au contraire pour le plaisir de Celui qui se donne à moi. Je me figure mon âme comme un terrain libre et je prie la sainte Vierge d'ôter les décombres qui pourraient l'empêcher d'être libre, ensuite je la supplie de dresser elle-même une vaste tente digne du Ciel, de l'orner de ses propres parures et puis j'invite tous les Saints et les Anges à venir faire un magnifique concert. Il me semble lorsque Jésus descend dans mon coeur, qu'Il est content de se trouver si bien reçu et moi, je suis contente aussi...

Cette manière de se détacher de sa propre prière en l'abandonnant à l'action de la Vierge est une attitude d'humilité qui ne peut qu'incliner le coeur de Dieu à se pencher sur sa pauvre créature.

Philippe de Jésus-Marie, Menus propos sur la prière, dans: Vives Flammes no 302 - La fin des temps (Ed. du Carmel, 2016)

image: Pietro Perugino ou Raphael, Retable de Fano / 1488 (toutelaculture.com)