Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2017

La citation du jour - 666 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

00_27 Edith Stein.jpg

Dans le dialogue silencieux que des âmes consacrées à Dieu entretiennent avec leur Seigneur, sont préparés les événements visibles de l’histoire de l’Eglise qui renouvellent la face de la terre.

Edith Stein, Sur la prière (carmel.asso.fr)

04/06/2017

Une étreinte de feu - 161 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

littérature,spiritualité,prières,livres

Qui es-Tu, douce lumière qui m'inondes et illumines l'obscurité de mon coeur? Tu me conduis par la main comme une mère, et si Tu me lâchais, je ne saurais faire un pas de plus. Tu es l'espace qui enveloppe mon être et le garde en lui. Abandonné de Toi, il tomberait dans l'abîme du néant dont tu me tiras pour m'élever à la lumière. Toi, plus proche de moi que je ne le suis de moi-même, plus intérieur que mon être le plus intime et pourtant insaisissable et inouï, surpassant tout nom: Esprit-Saint - Amour éternel.

Edith Stein, Neuvaine de Pentecôte 1937 / extrait, dans: Le secret de la croix (CERP/Parole et Silence, 1998)

image: Monastère du Saint Désert Notre-Dame de Pitié, Roquebrune-sur-Argens / France (carmel.asso.fr)

21/03/2017

Morceaux choisis - 636/ Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

L’amour du Christ ne connaît pas de limites, il n’est rebuté ni par la laideur ni par la saleté. Le Christ est venu pour les pécheurs et non pour les justes. Et si Son amour vit en nous, nous ferons comme Lui et nous irons à la recherche des brebis perdues. L’amour naturel veut avoir l’être aimé pour soi, et autant que possible le posséder sans partage. Le Christ est venu pour ramener au Père l’humanité égarée; qui aime de Son amour veut les hommes pour Dieu et non pour lui-même. Tel est d’ailleurs le plus sûr moyen de les posséder pour toujours, car si nous avons confié un homme à la garde de Dieu, nous sommes avec Lui un en Dieu, alors que la soif de posséder conduit souvent – en fait tôt ou tard – à tout perdre. Cela vaut pour l’âme d’autrui comme pour la nôtre, comme pour tout bien extérieur. Qui veut s’enrichir et conserver dans le monde perdra. Qui abandonne à Dieu, l’emportera.

Edith Stein, La Crèche et la Croix (Ad Solem, 2008)

13/02/2017

La citation du jour - 602 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

00_31 Carmel du Pâquier.jpg

Si nous répondons oui au suis-moi du Seigneur, alors nous sommes Siens et la voie est libre pour que passe en nous Sa vie divine.

Edith Stein, Le Mystère de Noël / extrait, dans: La Crèche et la Croix (Ad Solem, 2008)

image: Carmel du Pâquier, Suisse (http://carmel-lepaquier.com)

31/01/2017

Morceaux choisis - 71 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein) 

00_13 Carmel de Nantes.jpg 

Quand nous nous remettons complètement dans les mains de Dieu, nous pouvons avoir cette confiance en Lui, qu'Il pourra faire quelque chose pour nous. C'est à Lui de porter le jugement. Il n'est pas utile que nous nous observions et nous nous évaluions. Croyez-moi, ces gens que vous avez pu apprendre à connaître, qui vous paraissent tellement plus proches que vous de l'image du chrétien idéal, ces gens-là, vus de l'intérieur, sont aussi misérables, tout aussi insécurisés que vous.

Edith Stein, Lettre à une étudiante, dans: Evelyne Frank, Edith Stein au quotidien (Arfuyen, 2012)

image: Carmel de Nantes, France (carmel.asso.fr)

24/12/2016

Morceaux choisis - 594 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Quand les jours deviennent de plus en plus courts, quand en hiver tombent les premiers flocons de neige, alors, timide et douce, renaît la pensée de Noël. De ce simple mot émane un charme mystérieux auquel un cœur peut difficilement résister. Ceux-là même pour qui le vieux récit de l’Enfant de Bethléem ne signifie rien, croyants d’une autre foi ou incroyants, préparent la fête et cherchent comment allumer ici et là un rayon de joie. Depuis des semaines et des mois, un fleuve d’amour se répand sur toute la terre. Fête de l’amour et de la joie, c’est l’Etoile vers laquelle tous accourent en ce premier mois de l’hiver.

Mais pour le chrétien, Noël est encore autre chose. L’Etoile le conduit à la Crèche, auprès de l’Enfant qui apporte la paix sur la terre. En d’innombrables et gracieuses images, l’art chrétien Le représente, et les vieilles mélodies, qui résonnent de tout le charme de l’enfance, Le chantent pour nous.

Dans le coeur de celui qui vit avec l’Eglise, les cloches du Rorate et les chants de l’Avent réveillent un saint et ardent désir; et pour celui que désaltère la source intarissable de la liturgie, le grand prophète de l’Incarnation répète, jour après jour, ses puissantes menaces et ses promesses: Cieux, répandez votre rosée! Que des nuées descende le salut! Le Seigneur vient! Adorons-Le! Viens, Seigneur, n’attends plus! - Jérusalem, crie ta joie, car ton Sauveur vient à toi.

Du 17 au 24 décembre, les grandes antiennes, toujours plus pressantes et toujours plus ardentes, crient leur appel: Viens pour nous sauver! Et toujours plus lourde de promesse, la réponse parvient: Voyez, tout est accompli (dernier dimanche de l’Avent). Et enfin: Aujourd’hui vous saurez que le Seigneur va venir, et demain vous le verrez paraître dans sa gloire.

Oui, quand au soir les bougies brûlent aux arbres et que les cadeaux sont échangés, un désir inassouvi nous pousse au dehors vers une autre lumière, jusqu’au moment où sonnent les cloches de la messe de minuit et où, sur les autels ornés de cierges et de fleurs, se renouvelle le miracle de la Nuit sainte: Et le Verbe s’est fait chair. C’est alors l’instant de l’accomplissement bienheureux de notre espérance.

Edith Stein, Le Mystère de Noël / extrait, dans: La Crèche et la Croix (Ad Solem, 2008)

image: Création originale / 2016 - Carmel du Pâquier, Suisse (carmel-lepaquier.com)

02/10/2016

Hors-série - 13 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Hors-série - XIII. Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

1.jpg

Voici le 12e numéro d'une série, Découvrir un saint du Carmel en contemplant une icône: une vidéo de 4 minutes pour prier avec Edith Stein.


montage: Didier-Marie de la Trinité (carmes-paris.org)

illustration musicale: Soeur Marie-Pierre / CFC

image: http://asuservicio.centerblog.net

09/08/2016

Laudem Gloriae - 28 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Laudem Gloriae - XXIX. Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

00_4 Charles Journet_Laudem Gloriae.jpeg

L'union avec le Christ est notre béatitude et l'approfondissement de notre union avec Lui fait notre bonheur ici-bas; l'amour de la croix ne se trouve donc nullement en contradiction avec notre joie d'être enfants de Dieu. Aider à porter la croix du Christ donne une allégresse forte et pure, et ceux qui y sont appelés et qui le peuvent, ceux qui participent ainsi à l'édification du Royaume de Dieu sont vraiment les enfants de Dieu. Ainsi, la prédilection pour le chemin de la croix ne signifie pas non plus que l'on répugne à voir le vendredi saint passé et l'oeuvre de la Rédemption accomplie. Seuls des rachetés, seuls des enfants de la grâce peuvent vraiment porter la croix du Christ.

Ce n'est que de l'union avec la Tête divine que la souffrance humaine reçoit une puissance d'expiation. Souffrir et être bienheureux dans la souffrance, se tenir debout sur la terre, aller de par les chemins poussiéreux et caillouteux de cette terre tout en siégeant avec le Christ à la droite du Père, rire et pleurer avec les enfants de ce monde sans cesser de chanter avec les choeurs angéliques la louange de Dieu, voilà la vie du chrétien, jusqu'à ce que se lève l'aurore de l'éternité.

Edith Stein, L'expiation mystique, dans: Source cachée - Oeuvres spirituelles (Cerf/Ad Solem, 2011)