Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2017

Chemins de traverse - 516 / Louis Aragon

Louis Aragon

littérature,roman,extraits,livres

Si on a regardé un homme jusqu'à ne plus voir en lui que ce qui le fait différent des autres, le particulier en lui, il est bouleversant de retrouver, avec d'autant plus de force qu'on l'oubliait déjà, que l'essentiel en lui c'est ce qui ressemble aux autres.

Louis Aragon, Aurélien (coll. Folio/Gallimard, 2006)

image: http://www.inspiringwallpapers.net

00:14 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

13/01/2017

Chemins de traverse - 508 / Marcel Proust

Marcel Proust

littérature,roman,extraits,livres

Aux troubles de la mémoire sont liées les intermittences du coeur. C'est sans doute l'existence de notre corps, semblable pour nous à un vase où notre spiritualité serait enclose, qui nous induit à supposer que tous nos biens antérieurs, nos joies passées, toutes nos douleurs sont perpétuellement en notre possession. Peut-être est-il aussi inexact de croire qu'elles s'échappent ou reviennent. En tous cas, si elles restent en nous c'est, la plupart du temps, dans un domaine inconnu où elles ne sont de nul service pour nous, et où même les plus usuelles sont refoulées par des souvenirs d'ordre différent et qui excluent toute simultanéité avec elles dans la conscience.

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu - Sodome et Gommorhe (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1954)

image: Buste Jeune Homme, XVIIIe siècle (anticstore.com)

00:01 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

30/12/2016

La citation du jour - 582 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,roman,citations,livres

Il y a des instants, dit-il, ils durent cinq ou six secondes, quand vous sentez soudain la présence de l’harmonie éternelle, vous l’avez atteinte. Ce n’est pas terrestre; je ne veux pas dire que ce soit une chose céleste, mais que l’homme sous son aspect terrestre est incapable de la supporter. Il doit se transformer physiquement ou mourir. C’est un sentiment clair, indiscutable, absolu... Et une joie si immense avec ça! Si elle durait plus de cinq secondes, l’âme ne la supporterait pas et devrait disparaître. En ces cinq secondes je vis toute une vie et je donnerais pour elle toute ma vie, car elles le valent.

Fiodor Dostoïevski, Les possédés (coll. Livre de Poche/LGF, 1997)

00:01 Publié dans Citation du jour, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, roman, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

04/11/2016

Chemins de traverse - 478 / Marcel Proust

Marcel Proust 

littérature,roman,extraits,livres

On croit que selon son désir, on changera autour de soi les choses, on le croit parce que hors de là on ne voit aucune solution favorable. On ne pense pas à celle qui se produit le plus souvent et qui est favorable aussi: nous n'arrivons pas à changer les choses selon notre désir, mais peu à peu notre désir change. La situation que nous espérions changer parce qu'elle nous était insupportable, nous devient indifférente. Nous n'avons pas pu surmonter l'obstacle, comme nous le voulions absolument, mais la vie nous l'a fait tourner, dépasser, et c'est à peine alors si en nous retournant vers le lointain du passé nous pouvons l'apercevoir, tant il est devenu imperceptible.

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu - La fugitive (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1954)

image: Georges Seurat, Le Pont de Courbevoie / 1886-1887 (fabula.org)

00:01 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

25/10/2016

Chemins de traverse - 475 / Graham Greene

Graham Greene

littérature,roman,extraits,livres

Vous essayer de tout attirer dans les rets de votre foi, mon Père, mais vous ne pouvez accaparer toutes les vertus. La douceur n'est pas chrétienne, l'abnégation n'est pas chrétienne, la charité ne l'est pas, le remords non plus. Je suppose que l'homme des cavernes pleurait en voyant couler les larmes de son voisin. N'avez-vous jamais vu pleurer un chien? Dans le dernier refroidissement de la terre, quand le vide de votre croyance sera enfin dévoilé, il restera toujours quelque imbécile, à l'esprit obnubilé, qui couvrira de son corps un autre homme afin de lui procurer la chaleur nécessaire pour vivre une heure de plus.

Graham Greene, La saison des pluies (Robert Laffont, 1977)

00:02 Publié dans Chemins de traverse, Graham Greene | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

21/10/2016

Steven Carroll

Steven Carroll

littérature,roman,livres 

Il est impossible d’échapper au charme de cet écrivain discret venu d’Australie. Son écriture sobre, précise, aux émotions contenues ainsi que sa force narrative éblouissante, évoquent une banlieue de Melbourne entre les années 50 et les années 70. Nous y croisons les destins de Rita, de son mari Vic - le tragique mécanicien du premier livre, De l’art de conduire sa machine - et de leur fils Michaël, fasciné par le cricket dans Un long adieu: une discipline et une véritable ligne de défense, selon Steven Carroll, alors que, autour de lui, comme sur une photographie en sépia pourrait-on dire, est signée la fin des locomotives à vapeur, et que ce faubourg paisible s’ouvre peu à peu aux résonances du monde, noyant les repères des uns et des autres, sans réduire à néant malgré un monde qui change inexorablement, leur recherche d’une vie meilleure.

Avec Le temps qu’il nous a fallu s’achève cette chronique familiale et sociale. Célébration mélancolique de la mémoire qui s’épanche, où les souvenirs ont remplacé les rêves, où les jeunes qui défendent l’avenir contrastent avec les plus anciens qui ont passé le témoin et ne se sentent plus nécessaires à la collectivité, spectateurs ironiques du temps qui passe.

Steven Carroll est vraiment un conteur extraordinaire. Son économie verbale pour dire la fragilité de l’amour, l’espoir qui vacille, la tristesse de l’enfance évanouie ou l’inexorable métamorphose des paysages urbains, tient de la magie et suffit à qualifier son talent d’incomparable.

Steven Carroll est né à Melbourne en 1949. Enseignant au niveau secondaire et critique dramatique, il se consacre aujourd’hui exclusivement à l’écriture. Ses plus belles récompenses littéraires sont le Miles Franklin Award 2008 et le Commonwealth Writers Prize 2008 pour Le temps qu’il nous a fallu.

Il vit à Melbourne, partage sa vie avec l’écrivain Fiona Capp – publiée par les éditions Actes Sud - depuis 20 ans et leur fils de 15 ans.

Steven Carroll, De l'art de conduire sa machine (Phébus, 2005)

Steven Carroll, Un long adieu (Phébus, 2006)

Steven Carroll, Le temps qu'il nous aura fallu (Phébus, 2009)

00:00 Publié dans Notes de lecture | Tags : littérature, roman, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

18/10/2016

Chemins de traverse - 471 / Antonio Lobo Antunes

Antonio Lobo Antunes

littérature,roman,extraits,livres

Je tombe comme tombent les arbres et tombant je tombe comme les feuilles et légères les ombres tombent discrètement et je les entends pleurer et parler avec moi et je ne peux pas répondre pendant que je tombe car si je répondais que dirais-je sinon que je m'abats comme se sont abattus autrefois mon père ma mère mon mari soudain silencieux et immobiles et blancs comme la lumière dans cette maison si blanche au-dessus des meubles blancs les miroirs renvoient leur silence et leurs larmes et demain ils monteront avec moi là-haut et sans autres paroles que celles du prêtre ils tourneront mon visage vers le soleil.

Antonio Lobo Antunes, L'ordre naturel des choses (coll. Points/Seuil, 1999)

image: Keiko Tanabe, Watercolour in Portugal (ktanabefinart.com)

00:00 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg