Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2017

Relire... Les Confessions - 1

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - I

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Très haut, très bienveillant, très puissant, très tout-puissant, très miséricordieux et très juste, très rare et très présent, très beau et très fort, stable et insaisissable, qui ne changes pas, qui changes tout, jamais neuf, jamais vieux, qui renouvelles tout, qui fais vieillir les puissants à leur insu, toujours actif, toujours immobile, recueillant sans besoin, qui supportes et remplis et protèges, qui crées et nourris, accomplis, qui cherches alors que rien ne te manque. Tu aimes sans T'enflammer, jaloux et sans souci. Tu regrettes sans souffrir, irascible et calme. Tu changes de tâche et non de décision. Tu reprends ce que Tu trouves et que Tu n'as jamais perdu. Jamais pauvre, Tu prends plaisir au profit. Jamais avare, Tu exiges l'usure. Il T'est tant donné que Tu es en dette. Mais qui a quelque chose qui ne soit pas à Toi? Tu acquittes Tes dettes sans rien devoir à personne, Tu remets Tes dettes sans rien perdre.

Mais qu'avons-nous dit après ça, mon Dieu, ma vie, ma douceur sainte? que peut-on dire en parlant de Toi? Les malheureux qui ne parlent pas de Toi sont des bavards muets. Qui m'aidera à trouver le repos en Toi? à Te faire venir dans mon coeur, ivre de Toi, pour oublier mes malheurs, pour embrasser mon seul bien - Toi.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

12/01/2017

Relire... Les Confessions - 2

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - II

littérature,spiritualité,morceaux choisis,prières,livres 

Merci, ma douceur, mon honneur et ma confiance. Mon Dieu. Merci pour Tes dons. Mais veille sur eux et Tu veilleras sur moi.Tout ce que Tu m'as donné s'enrichira, se perfectionnera. Je serai avec Toi parce que si je suis, c'est par un don de Toi.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

11/01/2017

Relire... Les Confessions - 3

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - III

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Paresseux, nous cherchons un quasi-repos, mais quel vrai repos est assuré sans le Seigneur? On voudrait appeler le luxe pléthore et abondance, mais Tu es la plénitude et un inépuisable trésor de douceur inaltérable. Prodigues, nous nous justifions à l'ombre de la libéralité, mais Toi, Tu prodigues tous les biens avec abondance. Avares, nous voulons amasser beaucoup, mais Toi, tu possèdes tout. Envieux, nous luttons pour être les premiers, mais quoi de supérieur à Toi? Nous cherchons à nous délivrer par la colère, mais qui délivre plus justement que Toi?

Nous frissonnons de peur quand l'insolite et l'inattendu s'en prennent aux choses qu'on aime et qu'on protège. Mais pour Toi quoi d'insolite? quoi d'inattendu? et qui Te sépare de ce que Tu aimes? et où, si ce n'est près de Toi, une protection assurée? Nous pleurons de tristesse les choses perdues qui nous faisaient envie parce que nous voudrions qu'on puisse ne rien nous enlever comme à Toi.  

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

10/01/2017

Relire... Les Confessions - 4

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - IV

littérature,spiritualité,prières,morceaux choisis,livres

Un humble attachement fait retourner en Toi. Tu nous purges des mauvaises habitudes. Tu es bienveillant pour les fautes qu'on avoue. Tu écoutes les plaintes des enchaînés. Tu nous libères des entraves que nous nous sommes faites, à la condition de ne plus dresser contre Toi les cornes d'une fausse liberté, toujours avides de posséder davantage au risque de tout perdre, en aimant notre bien plus que Toi, le bien de tous. 

Or parmi les scandales, les crimes, et tant de méchancetés, il peut y avoir des fautes utiles à ceux qui les font. Les juges sérieux les réprimandent en vertu de la règle de la perfection, mais en même temps ils font valoir leurs mérites parce qu'ils espèrent un jour en récolter quelque chose comme le blé en herbe que l'on moissonne.

Il y a aussi certaines fautes qui ressemblent à des scandales ou à des crimes, mais qui ne sont pas des fautes parce qu'elles n'offensent ni Toi, Seigneur notre Dieu, ni la communauté sociale. Il peut arriver, par exemple, qu'on amasse certaines choses, en prévision des aléas de la vie, sans pour autant agir par cupidité, ou encore qu'on punisse quelqu'un avec l'intention zélée de le corriger au nom d'un pouvoir fort, sans forcément par désir de nuire. Beaucoup d'actions qu'on voit condamnées par les hommes sont approuvées par Ton jugement, et beaucoup qui sont approuvées par les hommes sont rejetées par Ton jugement. Souvent l'apparence d'une action est différente de l'intention de son agent et de l'articulation secrète des circonstances.

Mais quand c'est Toi qui commandes soudain quelque chose d'inaccoutumé et d'imprévu, même si Tu l'as interdit à une époque, et que pour un temps Tu caches la raison de Ton commandement, et que cela s'oppose même au pacte d'une quelconque société humaine, qui douterait qu'on ne doive le faire puisque la société humaine juste, c'est celle qui est attentive à Toi?

Heureux ceux qui savent que c'est Toi qui as commandé. Oui, tout ce qui est fait par Tes serviteurs l'est pour mettre en évidence les exigences du présent ou pour préfigurer l'avenir.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

09/01/2017

Relire... Les Confessions - 5

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - V

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres,prières

Je m'étonnais que le reste des mortels vive alors que celui que j'avais adoré comme s'il n'eût pas dû mourir était mort. Et plus encore de vivre alors que lui était mort et que j'étais pourtant comme un autre lui-même. La moitié de mon âme, a si bien dit quelqu'un parlant de son ami. Oui, j'ai moi-même éprouvé que mon âme et son âme ne faisaient qu'une seule âme dans deux corps différents. Pour cette raison, peut-être, la vie me faisait horreur. Je ne voulais pas vivre à moitié. Mais en même temps, j'avais peur de mourir... Sans doute parce que je ne voulais pas que celui que j'avais tant aimé meure tout entier. 

Folie qui ne sait pas aimer les hommes avec humanité. Homme stupide qui souffre à l'excès d'être homme. C'était moi. Feu, soupirs, pleurs, agitation. Jamais de repos ni de recul. Je portais mon âme déchiquetée et sanglante qui ne souffrait plus que je la porte. Je ne trouvais pas où la reposer. Ni dans les vignobles charmants, ni dans les jeux, ni dans les banquets éclatants, ni dans la volupté de la chambre et au lit, ni enfin dans les livres et les poèmes. Elle ne trouvait de repos nulle part. L'horreur était partout. Dans la lumière elle-même. Tout ce qui n'était pas lui était mauvais et odieux sauf les gémissements et les larmes, car ils étaient les seuls à procurer un petit peu de repos. Et quand je m'en arrachais, j'étais écrasé par le malheur.

J'aurais dû me hisser jusqu'à Toi, Seigneur, et guérir. Je le savais. Mais je ne le voulais pas, je ne le pouvais pas. D'autant que pour moi, Tu n'étais pas quelque chose de solide et de ferme, selon les représentations que je me faisais de Toi. Ce n'était pas Toi mais un fantasme vide. Mon erreur était mon Dieu. Si je tentais de poser là mon âme pour qu'elle se repose, elle vacillait dans le vide et retombait sur moi. Je n'étais pour moi qu'un lieu stérile où je ne pouvais rester mais que je ne pouvais pas quitter.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

07/01/2017

Relire... Les Confessions - 7

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - VII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Si tu aimes les corps, tu loueras Dieu. Tu reporteras ton amour sur l'ouvrier des corps pour ne pas t'avilir avec ton amour des corps. Si tu aimes les âmes, tu les aimeras en Dieu parce qu'elles-mêmes sont changeantes et que, fixées à Lui, elles se stabilisent, sans quoi elles s'en vont et meurent. Oui, tu les aimeras en Dieu. Emporte avec toi jusqu'à Lui toutes celles que tu peux et di-leur: Aimons-Le, Lui. C'est Lui qui a fait toutes choses, et Il n'est pas loin. Il ne les a pas faites pour disparaître ensuite. Non. Elles viennent de Lui, elles sont en Lui.

Où est-Il? Où est la succulente vérité? Dans l'intimité du coeur. Oh, mais le coeur s'en va errer loin de Lui. Revenez à votre coeur, rebelles, et adhérez à Celui qui vous a faites. Stables avec Lui, vous vous stabiliserez. Reposées en Lui, vous vous reposerez. Où allez-vous dans l'âpreté? où allez-vous?

Le bien que vous aimez vient de Lui, et tant que le bien est près de Lui, il est bon et doux. Mais il sera amer justement parce que c'est injuste d'aimer tout ce qui vient de Lui en Le désertant. Pourquoi déambuler encore et encore sur des chemins difficiles et pénibles? le repos n'est pas là où vous le cherchez. Cherchez ce que vous cherchez: ça n'y est pas. Vous cherchez la vie heureuse au pays de la mort. Elle n'est pas là. Comment la vie pourrait être heureuse là où il n'y a pas de vie? 

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

06/01/2017

Relire... Les Confessions - 8

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - VIII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

C'est Toi qui allumes ma lampe, Seigneur mon Dieu, qui éclaires ma nuit. De Ta plénitude nous avons tous reçu. Oui, Tu es la vraie lumière qui éclaire tout homme venant au monde, parce qu'en Toi il n'y a ni changement ni l'ombre d'un instant.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

05/01/2017

Relire... Les Confessions - 9

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - IX

littérature,spiritualité,prières,morceaux choisis,livres

Seigneur notre Dieu, à l'ombre de Tes ailes, notre espoir. Protège-nous et porte-nous. Tu nous porteras, Tu nous porteras tout petits jusqu'aux cheveux blancs, Tu nous porteras. Ta solidité, c'est du solide, la nôtre est une infirmité. Notre bien vit pour toujours près de Toi. Nous en détourner, c'est nous détraquer. Retournons, Seigneur, pour ne pas être renversés, parce que vit près de Toi sans aucune faiblesse, notre bien que Tu es.

Nous ne craignons pas de n'avoir plus de lieu où revenir, nous en sommes partis. Même en notre absence, jamais elle ne s'écroule, notre maison, Ton éternité.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)