Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 1

Pouvoir du mal, visage de Dieu - I

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

La réponse plénière à la question du mal est dans le christianisme tout entier., accueilli, pénétré, vécu sans réserve. Il débute par un message de joie: Et il y avait dans cette même contrée des pasteurs qui demeuraient aux champs et veillaient durant la nuit sur leur troupeau. Et un Ange du Seigneur passa près d'eux, et ils furent saisis d'une grande crainte. Et l'Ange leur dit: Ne craignez point; voici que je vous annonce une grande joie destinée à tout le peuple. (Lc 2, 8-10)

Il est assez riche pour donner par surcroît une réponse au spectacle de la tragédie du monde. Il enseigne que Dieu est un Dieu d'amour; que la création de l'univers est l'effet d'un libre épanchement de cet amour; que la première condition de l'homme était privilégiée; que la chute est suivie d'une condition douloureuse, il est vrai, mais où Dieu continue de nous aimer au point de nous envoyer Son Fils unique dans l'Incarnation et dans la Rédemption; que l'Esprit Saint diffuse sur les hommes qui ne Le refusent pas, les richesses du Christ, les appelant tous, de près ou de loin, à constituer dans le temps un royaume qui n'est pas de ce temps; que ce royaume, et l'univers lui-même s'en vont au-devant d'une inimaginable transfiguration, à laquelle les créatures libres sont invitées d'avance à consentir, mais à laquelle elles peuvent aussi d'avance, par un mystère terrible, se dérober.

Il n'y a pas un trait du message chrétien qui ne soit pour une part une réponse à la question du mal; c'est ce qui rend cette réponse immense, illimitée.

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)

13/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 2

Pouvoir du mal, visage de Dieu - II 

00_5 Charles Journet_Mal.jpg

Si l'on ne descend vraiment dans l'abîme de la connaissance du mal qu'en montant dans l'abîme de la connaissance de Dieu, si la mesure où le mal découvre son visage aux hommes est celle où Dieu leur découvre les trésors de Sa Sagesse et de Son Esprit, convient-il encore de détourner la tête pour fuir la vision du mal? Est-ce qu'il ne faut pas oser plutôt supplier Dieu - pour le cas où ce désir ne serait pas présomption et où nous ne saurions pas être trouvés trop indignes - de nous dévoiler davantage le pourquoi, la profondeur, l'amplitude de la présence du mal dans Son oeuvre?

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)

12/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 3

Pouvoir du mal, visage de Dieu - III

00_5 Charles Journet_Mal.jpg

Dieu pouvait mettre dans notre monde plus de justice, de sagesse, d'amour; mais il ne pouvait pas mettre plus de justice, plus de sagesse, plus d'amour à faire ce monde. Etant donné le niveau d'être et de bonté, la qualité, l'intensité, la coloration du bien commun final auquel Dieu - compte tenu de toute éternité des libres oui qu'Il nous fait dire à Son amour, et des libres non que nous opposons à ses prévenances - décide d'élever l'univers, il est absolument certain que c'est avec une justice, une sagesse, un amour proprement infinis, que Dieu ordonne tout à ce bien commun final, les choses nécessaires et les choses contingentes, les choses libres et les choses fortuites, les progrès du bien et les ravages du mal.

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)

11/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 4

Pouvoir du mal, visage de Dieu - IV

00_5 Charles Journet_Mal.jpg

Dieu veut sauver tous les hommes. S'ils sont sauvés, à Lui la gloire; s'ils ne le sont pas, à eux la faute. Car avant de nous faire entrer sous la motion souveraine de Sa grâce, il est un moment où Dieu vient mouvoir notre âme selon le régime exigé par notre nature, laquelle est capable d'adhérer ou ne pas adhérer à Lui. Toute initiative du refus vient de nous seuls: en effet, si Dieu seul peut être Cause première de l'être et du bien, la créature libre seule peut être cause première du mal, elle seule peut prendre l'initiative de faire le rien, de néanter en elle l'influx divin. Nul ange, nul homme adulte n'est perdu autrement que pour avoir librement refusé les avances divines.

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)

10/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 5

Pouvoir du mal, visage de Dieu - V

00_5 Charles Journet_Mal.jpg

L'absolue certitude où nous sommes que Dieu prévient chaque adulte de la surabondance de Ses grâces, qu'Il ne va pas moissonner où Il n'a pas semé, nous la savons vérifiée en d'innombrables cas par notre expérience de pécheurs. Mais n'est-elle pas, en d'autres circonstances, démentie par les faits, n'est-ce pas une gageure de la maintenir en face de l'effrayante détresse de la vie et de la mort de tant d'êtres humains?

Le chrétien pense à ces abandonnés dont le sort éveille dans l'âme une angoisse intolérable, à cause de la nuit tout à fait noire dans laquelle la mort les a frappés... Je parle de tant de pauvres êtres qui n'avaient rien fait que leur humble besogne ordinaire et sur lesquels, en un instant, la mort s'est jetée comme une bête. Immolés par les caprices de la guerre et de la férocité, persécutés non pour la justice, à laquelle ils ne songeaient même pas, mais pour l'acte innocent de leur simple existence en un point malchanceux de l'espace et du temps. Et que sont leur supplice et leur mort, sinon l'image et le brusque abrégé où nous pouvons lire les souffrances de millions de pauvres au cours des siècles, broyés par la grande machine d'orgueil et de rapine aussi vieille que l'humanité? Combien d'autres sont morts tout à fait abandonnés. Ils n'ont pas donné leur vie, on leur a pris leur vie, dans les ténèbres de l'horreur. Ils ont souffert sans l'avoir voulu. Ils n'ont pas su pourquoi ils mouraient. Ceux qui savent pourquoi ils meurent sont de grands privilégiés. (Jacques Maritain)

Et voici maintenant la réponse, l'ultime réponse possible: Tout semble se passer comme si l'agonie de Jésus était quelque chose de si divinement immense qu'il faille, pour qu'une image en passe parmi Ses membres, et pour que les hommes participent complètement à ce grand trésor d'amour et de sang, qu'elle se partage en eux selon ses aspects contrastants. Les saints y entrent volontairement, en s'offrant avec Lui... La béatitude des persécutés illumine leur existence terrestre. Mais les tout à fait abandonnés, les victimes de la nuit, ceux qui meurent comme des réprouvés de l'existence terrestre, ceux qui sont jetés dans l'agonie du Christ sans le savoir et involontairement, c'est une autre face de cette agonie qu'ils manifestent, et il faut sans doute que tout soit manifesté... Le grand troupeau des vrais misérables, des morts sans consolation, comment n'aurait-Il pas soin de ceux qui portent cette marque-là de Son agonie? Comment, s'ils ne sont pas trouvés en rébellion contre l'Auteur de leur vie, leur délaissement même ne serait-il pas la signature de leur appartenance au Sauveur crucifié et un titre suprême à Sa miséricorde? Au détour de la mort, dans l'instant qu'ils passent de l'autre côté du voile, et que l'âme va quitter une chair dont le monde n'a pas voulu, n'a-t-Il pas le temps de leur dire encore: Tu seras avec moi en paradis (Jacques Maritain), même quand pour eux, jusqu'à l'extrême limite, rien, même du côté de Dieu, n'aura lui aux yeux des hommes?  

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)

09/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 6

Pouvoir du mal, visage de Dieu - VI

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Dieu est trop bon pour qu'il y ait un enfer; Il est trop bon pour tolérer l'enfer, un enfer éternel. 

Mais c'est l'homme qui est responsable de l'enfer, ce n'est pas Dieu. Si secourable qu'Il cherche à être pour nous, dans Sa Bonté infinie, Dieu peut tolérer que l'homme veuille lui résister, Il peut tolérer que l'homme éternellement veuille lui résister.

Dieu est trop bon, dit-on, pour ne pas pardonner? C'est justement ce qu'Il fait: tout, Il pardonne tout dès que le coeur se repent. Si le diable se repentait il serait tout de suite pardonné. Mais le péché sans repentir ne peut pas être pardonné, pas plus que Dieu ne peut s'anéantir; il postule un monde à lui, privé de Dieu comme lui, un feu à lui presque aussi dur que celui de la charité, et où, cependant la pitié de Dieu, qui de rien n'est absente, fait que l'on pâtit moins qu'on ne l'a mérité. L'Amour a tout créé pour diffuser la beauté divine, il ne peut être vaincu; si je refuse de le manifester en miséricorde, je le manifesterai en justice. C'est ce refus qui est obscur. (Jacques Maritain)

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)

08/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 7

Pouvoir du mal, visage de Dieu - VII

00_5 Charles Journet_Mal.jpg

Pour nous, la révélation de l'enfer, de sa coexistence éternelle avec la Bonté infinie de Dieu, demeure un mystère qui nous effraie par les lueurs qu'il jette dans les abîmes de notre coeur. Mais nous savons qu'il n'y a pas d'alliance possible entre le mystère et l'absurde ou la contradiction, que l'un est adorable, l'autre haïssable. Tous ceux qui refusent la révélation de l'enfer en la déclarant absurde commencent fatalement par la défigurer et ne s'en prennent qu'à ses caricatures.

Il reste que la lumière qui la manifestera nous est inconnue ici-bas. Elle est cachée derrière un rideau muet, dans le sein même de la Trinité. Ce n'est que lorsque nous serons passés de l'autre côté que se résoudront les questions ultimes, que cessera pour nous le scandale, que la Bonté divine nous apparaîtra infinie non seulement en tout ce qu'Elle crée, mais encore jusque dans les patiences qui Lui font tolérer la révolte de Ses créatures libres.

Tant que nous vivrons, la pensée de l'enfer nous bouleversera. Elle est une épine dans notre coeur. Elle nous provoque à trembler devant les jugements de Dieu, à mendier une foi plus pure, à supplier pour que soient forcées nos volontés rebelles, pour que nul d'entre les hommes ne résiste aux prévenances amoureuses de cette Bonté infinie dont l'apôtre écrit que c'est folie de se moquer.

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com

07/04/2015

Pouvoir du mal, visage de Dieu - 8

Pouvoir du mal, visage de Dieu - VIII

00_5 Charles Journet_Mal.jpg

Ce n'est pas maintenant le temps de la gloire, mais celui des questions: de celles que notre coeur, à cause des scandales, pose sans cesse à Dieu; de celle, unique et décisive celle-là, que Dieu pose à chacun de nous en la plaçant, mais avec Sa grâce, au sein d'un monde que les scandales semblent submerger. Mais les scandales ne pourront jamais étouffer l'amour; dans les grandes âmes, ils provoquent sa flamme.

Malheur au monde à cause des scandales! Il est fatal certes qu'il arrive des scandales, mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive! (Mt 18, 7) Qui dira jamais ce qu'il y avait dans l'âme du Sauveur, de douleur et d'intense amour d'une part de la gloire de Dieu, et d'autre part de la pauvre humanité, quand Il a prononcé cette terrible malédiction contre les fauteurs de scandale!

Charles Journet, Le mal - Essai théologique (Saint-Augustin, 2013)

image: Jérôme Bosch, Le jardin des délices / Détail (euclides59.wordpress.com)