Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2017

Morceaux choisis - 684 / Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Le lieu sûr de ma paix est une soif inassouvie, un élan, un sursaut. Ce lieu sûr est une traversée, l'appartenance à l'espèce nomade à qui jamais rien n'appartient. Le lieu sûr de ma paix est ce plus grand que moi, cet Autre qui me saisit et que je ne saisis pas, qui m'inspire et m'aspire au-delà de moi-même, au-delà de ce dilemme tourbillonnant de tout vivant, pris entre l'effroi de la mort et l'acceptation de ma finitude. Cette respiration du monde qui m'emprunte mes poumons que le temps d'une ronde, ce grand coeur têtu qui bat hors de ma poitrine et qui prend le relais de mon arythmie, mon lieu sûr, hors de moi, est celui dont saint Augustin disait: Mon âme est inquiète jusqu'à ce qu'elle repose en Toi.

Marion Muller-Colard, L'intranquillité (Bayard, 2016)

image: https://pixabay.com/fr

05/04/2017

Morceaux choisis - 643 / Claude Vigée

Claude Vigée

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Au coeur de notre vie si fragile, partout menacée par la destruction, il existe en nous, en amont de chaque dérive temporelle, un lieu lumineux de la toute-confiance. De ce lieu intime émane une clarté qui, à partir du centre secret de notre âme incarnée, pénètre, soulève et guide vers l'avenir, en dépit de tous les obstacles de la vie présente, le moi chancelant dont nous nous faisons le porte-parole doublement précaire. Nous y buvons ensemble, comme à une source de vie cachée, le souffle du futur infini: par-delà tout le mal et plus haut que la nuit.

Claude Vigée, Danser vers l'abîme, dans: Marion Muller-Colard, L'intranquillité (Bayard, 2016)

image: Edvard Munch, Young woman on the beach / 1894 (edvardmunch.org)

01/03/2017

Morceaux choisis - 627 / Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Mon complexe d'Elie est double. Je ne suis pas meilleur que mes pères: l'histoire a épuisé toutes les combines et j'en sais trop pour penser avoir une idée de génie à laquelle personne n'aurait songé jusqu'à présent. Mais aussi: je n'ai plus les moyens d'être heureuse comme mes pères, ces bienheureux qui croyaient en l'inédite progression du bonheur. Fenêtre générationnelle dont il faudrait faire un musée en soi, tant elle est rare. Ma mère aime à le répéter avec une certaine forfanterie: On a eu de la veine, quand même! Ils ont, comme dit l'expression, bien tiré leur épingle du jeu. Mais nous, aujourd'hui, à quoi pouvons-nous encore prétendre jouer? Il nous reste le divertissement. Ad nauseam.

Le double complexe d'Elie menace donc mon élan vers le monde. C'est lui qui, en définitive, me fait investir pour tout lieu mon nid d'aigle: ce lieu qui me préserve de la potentialité de l'échec.

Marion Muller-Colard, Le complexe d'Elie (Labor et Fides, 2016)

image: https://caseyhobbs.com

05/01/2017

Chemins de traverse - 504 / Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud

littérature,essai,extraits,livres 

Le chez-soi, c'est un paysage modeste, le quartier, le village où l'on tutoie l'artisan, le garagiste ou le postier, puisqu'on a été jadis sur les bancs de la même école. Etre chez soi, c'est savoir à quelle date fleurissent les lilas, arrivent les huppes ou le coucou, poussent les premières jonquilles. Etre chez soi, c'est étalonner le temps qui passe, comme on cochait jadis l'âge et la taille des enfants d'un trait de crayon sur le chambranle d'une porte. Etre chez soi, c'est se réinscrire dans une longue filiation d'ancêtres dont le paysage garde la trace des activités qu'ils menaient jadis: granges, chemins, vergers, vignes, pommeraies sont les alignements survivent à leurs créateurs.

Jean-Claude Guillebaud, Je n'ai plus peur, dans: Marion Muller-Colard, Le complexe d'Elie (Labor et Fides, 2016)

00:29 Publié dans Chemins de traverse, Marion Muller-Colard | Tags : littérature, essai, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

19/10/2016

Morceaux choisis - 560 / Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Jésus est un homme religieux qui ne trouve plus sa joie dans notre obéissance mais dans notre désir de Dieu. Car l'obéissance ne produit pas le désir. C'est le désir qui produit l'obéissance.

Le désir de Dieu de nous voir désirer bat comme un coeur têtu dans chaque mot qui sort de la bouche de Jésus. C'est ce désir qui m'a cueillie et me laisse sans cesse intranquille. Le désir ne trouve pas son repos. Il est une faim sans fin, il ne se reconnaît que dans la rencontre, cette rencontre qui dérange comme une danse qu'on connaît mais qu'il faut apprendre avec chaque nouveau partenaire. Le désir a ses lois: non pas celles qui sont écrites, mais celles qui n'en finissent pas de s'écrire. Il ne connaît pas de ratures, mais le flot continu d'une parole qui ose se contredire, étirer les extrêmes, élargir ses angles de vue, tâtonner pour gagner une chance d'effleurer, peut-être, la vérité.

Marion Muller-Colard, Le complexe d'Elie (Labor et Fides, 2016)

image: http://www.padili.be

17/12/2015

Morceaux choisis - 402 / Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

J'aimerais être cette femme de foi, enracinée dans la Parole première d'un Dieu qui me préfère à rien et m'invite avec Lui à poser des limites au chaos. J'aimerais prendre le relais du Shaddaï dans mes errances intérieures, et savoir dire à mon amertume: ça suffit! Rien n'est dû, tout est donné. Quoi qu'il arrive, réjouis-toi que le soleil, chaque matin, se lève sur le monde et invite tous les désespérés à brandir avec lui une opposition inconditionnelle à la nuit.

Respire, prends courage, ouvre tes volets. Tant qu'il fait encore jour, travaille aux oeuvres de Celui qui a créé la vie.

Marion Muller-Colard, L'autre Dieu - La Plainte, la Menace et la Grâce (Labor et Fides, 2014)

image: Henri Matisse, Landscape with Olive Trees / 1918 (lawrenceleemagnuson.tumblr.com)

24/08/2015

La citation du jour - 339 / Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard

1.jpg

Rien n'est dû, tout est donné. Quoi qu'il arrive, réjouis-toi que le soleil, chaque matin, se lève sur le monde et invite tous les désespérés à brandir avec lui une opposition inconditionnelle à la nuit. Respire, prends courage, ouvre tes volets. Tant qu'il fait encore jour, travaille aux oeuvres de Celui qui a créé la vie.

Marion Muller-Colard, L'autre Dieu - La Plainte, la Menace et la Grâce (Labor et Fides, 2014)

 

00:01 Publié dans Citation du jour, Marion Muller-Colard | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg