Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2017

Morceaux choisis - 646 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

1.jpg

L'avenir appartient à Dieu, et je sais qu'Il y donnera le bonheur. Je sais plus encore dans l'espérance, je sais qu'Il prépare déjà, dès maintenant, l'accomplissement de Ses promesses. Et je vais apprendre à regarder l'aujourd'hui dans cette belle lumière. Aujourd'hui est le moment où se prépare le demain de la béatitude sans limite; aujourd'hui est le moment où se prépare le Ciel. Le regard d'espérance sur l'avenir nous met alors dans les meilleures dispositions pour accueillir ce que Jésus veut nous donner ici et maintenant. 

Lorsque je n'attends rien de particulier de l'existence, mais lorsque j'accueille tout comme un cadeau de Jésus, alors je suis en mesure d'accueillir vraiment ce qu'Il veut donner. Tandis que lorsque j'exige quelque chose de précis, je passe à côté du reste. Si je n'attends de la vie que le petit bonheur de mon passé, je ne pourrai pas même voir le grand bonheur que Jésus m'offre maintenant.

L'espérance en Dieu pour demain change mon regard sur aujourd'hui. Mais elle change également mon regard sur hier, sur mon passé. Lorsque je regarde l'avenir sans rien en exiger, mais en attendant tout de Dieu, je peux voir comment Il prépare dès aujourd'hui le bonheur sans limite du Ciel. Et je peux voir, plus encore, comment Il a déjà préparé ce bonheur hier, comment Il était à l'oeuvre sans cesse dans toute ma vie.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, La grande histoire dont la fin est connue, dans: Vives Flammes no 305 - L'espérance (Ed. du Carmel, 2016)

image: Eglise de l’Immaculée-Conception, Vésenaz / Suisse (2015)

08/04/2017

La citation du jour - 629 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

littérature,spiritualité,citations,livres

Dans un acte d'espérance, je regarde vers Dieu en Le contemplant comme Celui qui veut tout donner, comme Celui qui veut que tous les hommes soient sauvés (1 Tm 2,4), comme Celui qui veut notre propre bonheur. Il n'y a pas de limite à ce que nous pouvons attendre de Dieu, et l'espérance est comme cette ardeur d'un désir sans limite et sans forme précise, tout tourné vers Dieu: nous attendons de Dieu qu'Il nous donne le Ciel.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, La grande histoire dont la fin est connue, dans: Vives Flammes no 305 - L'espérance (Ed. du Carmel, 2016)

image: Vésenaz / Suisse (2015)

31/03/2017

Morceaux choisis - 641 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Nous chrétiens, avons une chance, une grâce immense, non méritée, et une grâce qu'il nous faut partager. Cette grâce est l'espérance. Nous savons que le chemin aboutit, nous savons qu'au bout du chemin, nous sommes attendus. Dieu notre Père est là, sur le pas de la porte. Il est prêt, Il prépare notre arrivée. Il nous prendra dans Ses bras, Il essuiera toute larme de nos yeux. L'espérance ouvre nos yeux sur cette merveilleuse réalité. Et alors, nous n'avons plus besoin de faire semblant: nous sommes bien attendus quelque part, comme on attend le roi.

Bien sûr, cela n'ôte rien aux peines du chemin. Sur la route, il fera toujours froid, il pleuvra ou il neigera, nous serons fatigués. Bien souvent, nous ne verrons plus du tout comment les méandres de cet invraisemblable chemin de notre vie peuvent mener à la maison du Père. Pourtant, dans l'espérance, nous n'en pouvons pas douter. Le chemin aboutit, nous sommes attendus. Cette chance immense de l'espérance peut transfigurer notre vie. Le pas de celui qui s'en va vers la rencontre désirée est bien différent de celui qui erre au hasard. Mais cette chance immense de l'espérance n'est pas seulement faite pour transfigurer notre vie. Elle peut être partagée. Quelle plus grande misère que de marcher dans le froid et la nuit sans but? Quelle plus grande miséricorde que de partager la bonne nouvelle: une maison chaude et accueillante nous attend, notre maison, celle de notre Père.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, Editorial, dans: Vives Flammes no 305 - L'espérance (Ed. du Carmel, 2016)

image: Carmel de Lisieux, France (carmel.asso.fr)

24/01/2017

Morceaux choisis - 608 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Le jardin est une école de vie, un lieu de maturation qui demande du temps et des soins. On y expérimente l'alliance indissoluble de l'effort, de la peine, du combat et du ressourcement, voire de la joie de la contemplation. Nous devons apprendre à écouter, à reconnaître, à comprendre, à respecter. C'est un lieu de patience et de silence éloquent.

L'hiver, saison du grand silence, est un temps propice pour tailler, enrichir la terre, alors que rien ne semble se passer au-dehors. Il faut attendre longtemps, accepter de ne pas voir immédiatement. Temps d'espérance: le bulbe enfoui au creux de la terre se développe invisiblement, sans bruit, avant l'éclosion du printemps - saison tellement attendue pour la beauté des fleurs, des couleurs, des parfums, la floraison des arbres fruitiers. Vient l'été, saison de la récolte, de veille, d'entretien. Puis l'automne, période en apparence plus ingrate avec ses pluies, le vent, le dépouillement des arbres, le ramassage des feuilles: tous les signes avant-coureurs de l'hiver. Mais la saison de l'automne est aussi le temps où l'on plante les arbres, c'est-à-dire où il faut se tourner vers les profondeurs. Ici tout se concentre autour de l'enracinement, telle une promesse semée en terre qui devra traverser la rudesse de l'hiver.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, L'âme jardin des délices de Dieu chez saint Jean de la Croix, dans: Revue Carmel No 160 / Les jardins de Dieu, 2e trimestre 2016 (Editions du Carmel, 2016)

image: Carmelitane Scalze, Venezia / Italia (carmeloveneto.it)

26/10/2016

Morceaux choisis - 564 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

C'est par un simple souffle que Dieu opère son travail de jardinier. Le souffle de Dieu renvoie bien sûr à l'Esprit Saint, qui par sa grâce sème en l'âme les fleurs des vertus et des dons, et leur faire exhaler des parfums toujours nouveaux. C'est bien de l'Esprit Saint que l'âme peut tenir sa vraie beauté, tous les efforts pour parvenir à se faire elle-même jardin seraient vains.

Pas plus que nous ne pouvons monter au ciel, nous ne pouvons donner une beauté divine à notre âme. Effectivement, il pousse beaucoup plus dans notre jardin que ce que nous y semons: l'homme sème ses pauvres efforts; mais Dieu, Lui, sème les fruits de l'Esprit Saint. Encore une fois, si cette beauté du jardin vient de Dieu, elle est un objet de foi, non sensible. L'expérience nous le montre bien: lorsque nous nous regardons nous-mêmes, nous ne voyons pas vraiment l'oeuvre de Dieu en nous. Peut-être est-ce une invitation à un certain détachement quant à l'état de notre âme.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, L'âme jardin des délices de Dieu chez saint Jean de la Croix, dans: Revue Carmel No 160 / Les jardins de Dieu, 2e trimestre 2016 (Editions du Carmel, 2016)

image: Les Saules, Cologny / Suisse (2016)

30/08/2016

Morceaux choisis - 537 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

La paix intérieure, gardée avec soin, et les vertus sont comme le jardin de l'âme, séparant l'espace de son intimité avec Dieu de l'espace accessible à tous, aux impressions extérieures, aux émotions. Nous pourrions dire que le mur du jardin qu'est l'âme clôt un certain espace réservé à Dieu, un espace de solitude que nul autre que Dieu ne pourra jamais combler. Cette solitude intérieure ouverte à Dieu ne sera jamais satisfaite sensiblement en ce monde. Paradoxalement, le jardin intérieur est ainsi un désert à nos yeux, un désert dont Dieu fait le jardin de Ses délices.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, L'âme jardin des délices de Dieu chez saint Jean de la Croix, dans: Revue Carmel No 160 / Les jardins de Dieu, 2e trimestre 2016 (Editions du Carmel, 2016)

image: Les Saules, Cologny / Suisse (2015)

15/07/2016

Morceaux choisis - 516 / Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Dieu est beau, de cette douce beauté qu'évoque le symbole si riche du jardin. Et cette beauté, Il la donne à l'âme, qui est le jardin de Ses délices. De ceci, nous pouvons retenir une invitation pressante: la foi dans la beauté de l'âme humaine. Souvent, nous ne nous aimons pas: nous ne sommes pas comme il faudrait, plein de défauts, de limites. Et nous voyons (trop) bien des défauts et limites chez ceux qui nous entourent. Mais Dieu affirme à chacun: tu es le jardin de Mes délices.

Avant même la consommation du mariage spirituel, toute âme a quelque chose de la beauté même de Dieu, une beauté telle qu'elle fait la joie de Dieu. Et Dieu fait grandir cette beauté, jusqu'à ce que l'âme soit vraiment comme Lui. La beauté de l'âme humaine n'est pas toujours perceptible. Mais en nous appuyant sur la Parole de Dieu, nous pouvons avoir foi en cette beauté.

Jean-Raphaël de la Croix Glorieuse, L'âme jardin des délices de Dieu chez saint Jean de la Croix, dans: Revue Carmel No 160 / Les jardins de Dieu, 2e trimestre 2016 (Editions du Carmel, 2016)

image: Marco Valmarana, il Giardino Mistico dei frati Carmelitani Scalzi - Venezia / Italia