Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

Morceaux choisis - 701 / Gertrude d'Helfta

Gertrude d'Helfta 

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Regarde vers Moi, et reconnais-Moi, ô ma colombe. C'est Moi, Jésus, ton doux ami. Ouvre-Moi le plus profond de ton cœur. Oui, c'est Moi, qui suis venu de la terre qu'habitent les Anges, Moi, la beauté incomparable. Je suis la splendeur du divin soleil. Je suis cette très éclatante journée de printemps, la seule qui luit toujours et ne connaît pas de couchant. La majesté de Ma gloire surpasse tout créé, remplit le ciel et la terre: l'éternité seule peut en mesurer l'étendue. Je suis le seul à porter le diadème impérial de Ma glorieuse divinité, la couronne sertie de mon sang, de ce sang vermeil que J'ai versé pour toi. Au-dessus du soleil, ni au-dessous, personne n'est semblable à moi. Sous ma main, éclosent les chœurs des vierges, purs comme des lis, et Moi, je les précède dans le chœur de l'éternelle vie, dans les délices de Ma divinité. Moi, Je les nourris de l'exquise jouissance d'une allégresse printanière. Ce que Je suis par nature, elle le deviendra par grâce. Je l'étreindrai des bras de Mon amour, la pressant sur le cœur de Ma divinité, pour que sous la force de Mon ardent amour, elle fonde comme la cire en face du feu. 

Gertrude d'Helfta, Exercice 3 / extraits (citeaux-abbaye.com)

image: http://har22201.blogspot.ch

00:01 Publié dans Morceaux choisis | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Chant sacré - 3 / Apostol Nikolaev-Strumsky

Apostol Nikolaev-Strumsky

The Great Doxology

 

St. Petersburg Chamber Choir

Dmitry Hvorostrovsky


00:01 Publié dans Chant sacré | Tags : chant sacré, liturgie orthodoxe, musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

La citation du jour - 686 / Carmel de France

Carmel de France

littérature,spiritualité,citations,livres 

Nous ne prions jamais seuls; avec le Christ, il y a l’Eglise, la communion des Saints. Dans la prière, il faut apprendre à ne pas rester seul et à rejoindre dans la foi cette communion. C’est un grand et beau mystère que l’Eglise. Nous pouvons en faire l’expérience si nous y sommes ouverts dans la foi.

Carmel de France, Prier à l'école du Carmel (carmel.asso.fr)

image: Thérèse d'Avila (cipecar.org/es)

26/07/2017

Sur les traces de Saint François - 28

Jean-Marie Vianney (Curé d'Ars)

Sur les traces de Saint François - XXVII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

La prière n'est autre chose qu'une union avec Dieu. Quand  on a le coeur pur et uni à Dieu, on sent en soi un baume, une douceur qui enivre, une lumière qui éblouit. Dans cette union intime, Dieu et l'âme sont comme deux morceaux de cire fondus ensemble; on ne peut plus les séparer. C'est une chose bien belle que cette union de Dieu avec sa petite créature. C'est un bonheur qu'on ne peut comprendre. Nousavions mérité de ne pas prier; mais Dieu, dans Sa bonté, nous a permis de Lui parler. Notre prière est un encens qu'Il reçoit avec un extrême plaisir.

Nicolas Morin, Une année avec François d'Assise (Bayard, 2016)

image: Eremo delle Carceri, Assise / Italie (domuspacis.it)

Chemins de traverse - 600 / François Cheng

François Cheng

littérature,essai,extraits,livres

Au bout de tout, voici ce que j'ai saisi: la vraie vie n'est pas seulement ce qui a été donné comme existence; elle est dans le désir même de la vie. Ce désir et cet élan étaient présents au premier jour de l'univers. Au niveau de chaque être cependant, ils sont fondés sur ce que son âme - par-delà les épreuves, les souffrances, les chagrins, les effrois, les blessures reçues ou infligées aux autres - aura préservé de sensations éprouvées, d'émotions vécues, d'inlassables aspirations à un au-delà de soi, de soifs et de faims aussi infinies que le besoin sans borne d'amour et de tendresse.

François Cheng, De l'âme (Albin Michel, 2016)

image: https://www.deamuseum.org

01:40 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, essai, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

La citation du jour - 685 / Elisabeth de la Trinité

Elisabeth de la Trinité

littérature,spiritualité,citations,livres 

Il me semble que rien ne dit plus l'amour qui est au Coeur de Dieu que l'Eucharistie: c'est l'union, la consommation, c'est Lui en nous, nous en Lui, et n'est-ce pas le Ciel sur la terre? Le Ciel dans la foi en attendant la vision du face à face tant désirée.

Elisabeth de la Trinité, Lettres du Carmel, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1980)

image:  Carmel de Flavignerot, Dijon / France (elisabeth-dijon.org)

25/07/2017

Morceaux choisis - 700 / Philippe de Jésus-Marie

Philippe de Jésus-Marie

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

L'espérance est la vertu du pèlerin, de l'homme en chemin: homo viator. Elle est, en creux, la marque, l'empreinte d'un don, d'un accomplissement que l'homme attend. Elle est tension vers une promesse dont il attend la pleine réalisation. Cette fin que l'homme poursuit, si elle est à l'origine de son pèlerinage, est tout autant à son origine. La fin est toujours première dans nos décisions, dans nos déplacements. L'espérance est le moteur, le mobile de notre marche. La mystérieuse raison qui me donne de faire aujourd'hui un pas de plus, quoiqu'il m'en coûte... Elle est comme un moteur à deux temps: celui de la perception du bien désiré et celui de la tension mise en oeuvre pour obtenir ce bien.

Dieu est le bien absolu désiré, le seul bien capable de rassasier notre désir. Et comme ce bien ne saurait être saisi, poursuivi par nos forces naturelles, il ne peut être obtenu que par l'oeuvre de Dieu en nous, par Sa grâce. Espérer, pour un chrétien, c'est attendre Dieu de Dieu Lui-même. C'est laisser Dieu le soulever au-delà de tous ses espoirs humains! Le pape Benoît XVI rappelait cette puissance de l'espérance théologale dans son encyclique Spe Salvi: Nous avons besoin des espérances - des plus petites aux plus grandes - qui, au jour le jour, nous maintiennent en chemin. Mais sans la grande espérance qui doit dépasser tout le reste, elles ne suffisent pas. Cette grande espérance ne peut être que Dieu seul, qui embrasse l'univers, et qui peut nous proposer et nous donner ce que, seuls, nous ne pouvons atteindre. 

L'espoir habite peu ou prou le coeur de chaque homme en l'engageant à marcher vers un lendemain meilleur, ou à travailler pour la réalisation de ses projets. Son dynamisme provient d'une tension vers l'avenir, vers ce qui n'est pas encore: le creux de l'espérance est toujours là qui le taraude. L'espérance théologale, elle, est habitée par un dynamisme beaucoup plus mystérieux et profond, qui est celui de la vie surnaturelle. Celle-ci ne se déploie pas de manière linéaire selon l'axe du temps, mais elle est accueil d'un mystère toujours nouveau: celui de l'éternité qui advient dans le temps, celui de Dieu qui se donne à l'homme, celui de l'infini qui se déploie dans notre finitude. L'espérance est donc, comme Dieu, du côté du nouveau, de l'inouï, du perpétuel renouvellement, aux antipodes du mal, de la répétition, de la monotonie, et donc du désespoir...

Si paradoxal que cela paraisse, l'espérance surnaturelle consiste avant tout à ne pas songer à l'avenir. Car l'avenir est la patrie de l'irréel, de l'imaginaire. Le bien que nous attendons de Dieu réside dans l'éternel, non dans l'avenir. Et le présent seul donne accès à l'éternel. Se réfugier dans l'avenir, c'est désespérer du présent, c'est préférer un mensonge à la réalité que Dieu nous envoie goutte à goutte chaque jour. (Charles Péguy, Le porche du mystère de la deuxième vertu)

Philippe de Jésus-Marie, L'espérance ou la petite fille en chemin / extraits, dans: Vives Flammes no 305 - L'espérance (Ed. du Carmel, 2016)

image: http://www.dissapore.com

Chemins de traverse - 599 / Abdellatif Laâbi

Abdellatif Laâbi

littérature,essai,extraits,livres 

Côté ténèbres: les visages de la barbarie d'aujourd'hui sont peut-être différents de ceux d'hier. Mais la barbarie, dans son essence, n'a pas changé. Les peuples qui viennent de mettre à bas la statue d'un tyran peuvent dès le lendemain acclamer un nouveau tyran. 

Côté lumière: un peuple qui semble soumis aujourd'hui, acceptant toutes les avanies, peut s'insurger demain et revendiquer des libertés inconcevables auparavant. L'égoïsme, l'indifférence, la fermeture de l'esprit peuvent, dans des circonstances déterminées, voler en éclats pour faire place à l'altruisme, l'attention à autrui, l'accueil bienveillant de la différence.

La dualité est en nous, en chacun  de nous. Ce qui compte, c'est la vigilance, le travail incessant de l'esprit, la reconstruction permanente de la pensée qui peut combattre efficacement l'assoupissement des consciences et le flux rampant des obscurantismes. 

Abdellatif Laâbi, Entretien avec Frank Barat, dans: Ecrits 1982-2016 (Editions de la Différence, 2017)

00:05 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, essai, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg