Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2017

Chant sacré - 50 / Chant grégorien

Gregorian Chant

"Adorate Deum"

 

Choeur des Moniales de Notre-Dame d'Argentan


19:34 Publié dans Chant sacré | Tags : chant sacré, grégorien, musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Une étreinte de feu - 274 / Carmel de France

Carmel de France

littérature,spiritualité,prières,livres

Louange à toi, Seigneur, pour ton soleil qui me parle de Toi.

Tu es la lumière au cœur du monde, Tu métamorphoses la vie ordinaire, comme Ton soleil transforme en perles précieuses les houx, sur les chemins de randonnées. Tu donnes beauté à toutes créatures comme le soleil donne leur éclat aux couleurs de la nature et fait scintiller d’étoiles l’eau de l’étang, ballottée par le vent. Tu donnes vigueur à l’homme comme le soleil fait mûrir le blé et donner les fruits en leur temps. Tu réchauffes de Ta chaleur les cœurs angoissés comme le soleil après le froid. En Toi, nous trouvons le repos, comme à l’ombre rafraîchissante que dispensent les arbres, grâce à Ton soleil.

Apprends-nous à nous exposer à Ton Amour, source de vie, soleil de Pâques. Fais-nous accepter de ne pouvoir Te regarder puisque nous en serions aveuglés, mais permets que nous jouissions de Tes bienfaits! Et quand viendront les jours de pluie, de grisaille, de brouillard ou bien d’orage, rappelle-nous, Soleil de Pâques, que Tu ne cesses de rayonner, mais que, ne voyant plus Ta gloire, Tu nous appelles à la patience, au long désir, dans l’Espérance!

Carmel de France, Louange à Toi (carmel.asso.fr)

image: https://yearofconsecratedlifedublin.wordpress.com

00:13 Publié dans Une étreinte de feu / Prières | Tags : littérature, spiritualité, prières, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

15/04/2017

La citation du jour - 289 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

littérature,spiritualité,citations,livres 

Mon frère, tous vos amis du Ciel, je vais bientôt aller leur offrir votre amour, les prier de vous protéger. Je voudrais vous dire mille choses que je comprends étant à la porte de l'éternité, mais je ne meurs pas, j'entre dans la vie et tout ce que je ne puis vous dire ici-bas, je vous le ferai comprendre du haut des Cieux.

Thérèse de Lisieux, Lettre à l'abbé Bellière, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1992)

image: http://www.carmelitaniscalzi.com

Chant sacré - 194 / Georg-Friedrich Haendel

Georg-Friedrich Haendel

Dixit Dominus, HWV 232

 

 

Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne

Michel Corboz


18:44 Publié dans Chant sacré | Tags : chant sacré, musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Morceaux choisis - 647 / Charles Journet

Charles Journet

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

C'est cette longue route dans le brouillard glacé derrière lequel l'Amour est caché. Dieu nous séduit d'abord par la beauté de Son visage, Il nous attache à Lui si puissamment qu'on ne pourra plus vivre sans Lui, et que tout sans Lui ne laisserait dans le coeur qu'un goût de cendres. Et après, quand Il est sûr que nous avons été éblouis, alors Il disparaît. Mais oui, c'est quand nous sommes bien perdus, bien amers, bien morts, et que nous ne voyons en nous plus rien que personne puisse aimer, qu'Il est tout proche de nous, plus intérieur à l'âme que dans les temps où Il l'incendie de Son amour. Il y a ces temps de mendicité, ou même d'insensibilité intérieure, où l'on ne peut même plus rien demander, mais où l'âme est devant Lui comme une pauvresse trop accablée pour rien dire. Et puis, il y a des réveils d'incendie, qui peuvent venir on ne sait comment ni où. Et à travers ces alternances qui sont les nôtres, et les miennes et celles de toute âme finie qui désire l'infini, Son oeuvre bénie et secrète, que l'on ne voit pas, s'accomplit en nous. 

Charles Journet, Comme une flèche de feu - Lettres spirituelles (Ad Solem, 2008)

image:  Communauté des Petites Soeur de Bethléem,  Nottre-Dame de l'Assomption -  Bet Gemal, Israël (focus.levif.be)

00:05 Publié dans Charles Journet, Morceaux choisis | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

La nuit comme le jour illumine - 14

Cristina Kaufmann

La nuit comme le jour illumine - XIV (fin) 

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Comment vivons-nous l'exil? Sans doute n'avons-nous pas l'aptitude poétique ni mystique d'un saint Jean de la Croix. Néanmoins nous devons découvrir notre propre Cantique spirituel, notre propre façon d'aimer Dieu et le prochain, notre propre mystique. Il s'agit d'écouter le désir le plus profond de notre âme, de se risquer à être seul avec le Seigneur, à Le chercher, à L'écouter, à entendre Sa voix au plus profond de la vie, dans la douleur, la privation, la joie.

Le dialogue de personne à personne avec Dieu est le plus important. Ce dialogue implique toute notre personne: il n'est pas une alternative à l'action, il est l'action en sa plus profonde racine. C'est l'amour silencieux comme source d'où naissent nos oeuvres, tant la prière que les diverses activités de notre vie.

Eric de Rus, Cristina Kaufmann - Une existence épiphanique (Ad Solem, 2013)

image: Carmel du Pâquier, Suisse (carmel-lepaquier.com)

14/04/2017

La citation du jour - 18 / Charles Journet

Charles Journet

littérature,spiritualité,citations,livres

Les sept paroles de Jésus en croix font entrer dans le drame d'un Dieu crucifié pour le monde. Chacune d'elles découvre un aspect de ce voyage unique, passant toute parole, capable d'illuminer toutes les agonies des hommes et des peuples. Entrer dans ce mystère par un peu de contemplation silencieuse, c'est le seul moyen de l'honorer, et de donner, à son âme à soi, la dimension de la profondeur. Tout ce qu'on peut en écrire pour le faire aimer, hors ces sept divines paroles, on voudrait, après coup, le brûler. 

Charles Journet, Les sept paroles du Christ en croix (Seuil, 1952)

00:10 Publié dans Charles Journet, Citation du jour | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg