Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2017

La citation du jour - 643 / Hans-Urs von Balthasar

Hans-Urs von Balthasar

littérature,spiritualité,citations,livres

Ce sont ceux qui aiment qui en savent le plus long sur Dieu.

Hans-Urs von Balthasar, L’amour seul est digne de foi (Parole et Silence, 1999)

image:  http://www.adiac-congo.com

00:02 Publié dans Citation du jour, Hans-Urs von Balthasar | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

14/04/2017

La citation du jour - 251 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

littérature,spiritualité,citations,livres 

Si vous saviez dans quelles ténèbres je suis plongée. Je ne crois pas à la vie éternelle, il me semble qu'après cette vie mortelle, il n'y a plus rien... Tout a disparu pour moi, il ne me reste plus que l'Amour.

Thérèse de Lisieux, A Soeur Thérèse de Saint-Augustin / PO 402 , dans: Hans-Urs von Balthasar, Thérèse de Lisieux - Histoire d'une mission (Editions Paulines, 1971)

image: http://myriamir.files.wordpress.com

09/04/2017

Une étreinte de feu - 8 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

0_1.jpg

Longtemps encore je veux bien vivre, Seigneur, si c'est là Ton désir. Dans le Ciel je voudrais Te suivre, si cela Te faisait plaisir. L'Amour, ce feu de la Patrie, ne cesse de me consumer. Que me fait la mort ou la vie, mon seul bonheur, c'est de T'aimer.

Thérèse de Lisieux, Novissima Verba, dans: Hans-Urs von Balthasar, Thérèse de Lisieux - Histoire d'une mission (Editions Paulines, 1971)

image: imagessaintes.canalblog.com

08/12/2016

Morceaux choisis - 26 / Hans-Urs von Balthasar

Hans-Urs von Balthasar

0_1.jpg

Fais ce que tu veux, tu resteras prise dans l'amour. Toi, ma sauvage, je t'ai élevée de terre alors que tu te débattais et te roulais dans ton sang, je t'ai lavée dans le bain de mon sang, dans le bain d'eau de mon baptême et dans la parole de vie, et je me suis créé une Eglise splendide, sans ride ni tache, sainte et immaculée. Tu peux toujours te comporter comme une courtisane et me trahir chaque jour avec un autre, tu n'es pas celle dont tu te donnes l'air, pour l'éternité tu es mon corps sans tache et ma chaste épouse. Je veux revêtir ta honte d'une telle sainteté que le parfum de tes vêtements remplira toute la terre, et que personne ne pourra nier l'avoir vraiment, charnellement, ressenti. 

Je veux placer entre tes mains un tel amour à répandre que tu recevras comme nom parmi les nations: la cité digne d'amour et la cité d'amour. Et je veux te mettre dans le coeur un tel souci du monde et de mes brebis perdues que le troupeau assoupi flairera le berger et accoura vers toi presque malgré lui. L'affront que tu me prépares ne sera pas aussi grand que la honte que je te communiquerai en la tirant du trésor de ma croix; la moquerie qu'ils répandront sur toi sera ridicule, comparée à celle que je te remets comme mon cadeau précieux et mon présent de noces inestimable, puisé dans la réserve de mes divines souffrances. La faiblesse minable, avec laquelle tu te tiens devant le monde en ce siècle de ruine, incapable de le transformer, cette faiblesse est enveloppée dans le mystère de ma propre faiblesse, car quand ai-je moi-même été assez fort pour renouveler le visage extérieur de ce monde? Ainsi je veux te transformer en celle que tu n'es pas, et te créer en te faisant sortir de la seule force de mon coeur, comme Eve de la côte d'Adam. 

En toi mon coeur d'homme se dilate pour devenir le coeur du monde. Tu es toi-même le coeur saint des peuples, saint par moi, mais unifiant le monde pour moi, faisant circuler mon sang à travers le corps de l'histoire. En toi mûrit ma rédemption, en toi je grandis moi-même jusqu'à ma taille parfaite jusqu'au jour où, ne faisant qu'un avec toi, dans l'alliance de la chair une et double, je déposerai aux pieds du Père le royaume que nous formons, moi et toi, mon épouse et mon corps. Le lien de notre amour, voilà le sens du monde. Tout s'achève en lui. Car le sens du monde est l'amour.

Hans-Urs von Balthasar, L'Epouse - extrait, dans: Le coeur du monde (Desclée de Brouwer, 1976)

image 1: François, pape

image 2: Benoît XVI, pape

0_2.jpg

13/11/2015

Morceaux choisis - 385 / Hans-Urs von Balthasar

Hans-Urs von Balthasar 

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

La révélation de Jésus-Christ contient surabondamment la vérité pour chaque époque, donc aussi pour la nôtre. Mais elle ne la contient pas de telle sorte qu’elle tomberait dans les bras des croyants sans qu’ils s’approprient par la réflexion le don de vérité reçu. Il serait indigne aussi bien de la grâce que de l’homme qu’il en soit autrement. L’Esprit Saint manifeste à chaque temps l’aspect qui lui est particulièrement réservé de la vérité divine, du moins si les hommes de ce temps s’efforcent, par la prière, d’obtenir cette vérité. Et la vérité alors, ne se trouve pas dans quelque coin perdu, resté par hasard dans l’ombre jusqu’à présent, et sur lequel le rayon lumineux de l’Esprit tomberait maintenant pour la première fois, elle se trouve au centre, foyer ardent, d’où la lumière rayonne.

Hans-Urs von Balthasar, Dieu et l’homme d’aujourd’hui (abbaye-saint-paul-wisques.com)

image: Abbaye bénédictine de Saint-Paul de Wisques,  Pas-de-Calais / France (glasspilgrim.blogspot.com)

14/08/2015

Morceaux choisis - 328 / Hans-Urs von Balthasar

Hans-Urs von Balthasar

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Nous sommes harcelés par la vie, nous cherchons des yeux autour de nous, épuisés, un endroit de repos, de pureté, de délassement. Nous voudrions nous reposer en Dieu, nous laisser tomber en Lui, pour obtenir de Lui de nouvelles forces afin de continuer à vivre. Mais nous ne Le cherchons pas là où Il nous attend et où nous pourrions Le trouver: dans Son Fils qui est Son Verbe. Ou bien nous cherchons Dieu, parce que nous voudrions L'interroger sur mille choses sans la solution desquelles nous pensons ne pas pouvoir aller plus loin dans l'existence, nous L'accablons de problèmes, nous exigeons des lumières, des clés, des facilités de tout genre, et nous oublions que, dans Son Verbe, Il a résolu pour nous toute question, Il a dispensé toute la lumière que nous sommes capables de saisir en cette vie. Nous n'écoutons pas du côté où Dieu parle: là où la Parole de Dieu a retenti dans le monde d'une manière si unique et si définitive que cela suffit pour tous les temps et que tous à la fois ne l'épuiseront pas.

Hans-Urs von Balthasar, La prière contemplative (Parole et Silence, 2002)

19/07/2015

Morceaux choisis - 310 / Hans-Urs von Balthasar

Hans-Urs von Balthasar

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Celui qui prie n'a qu'à se laisser conduire d'image en image et à voir en chacune l'humain qui apparaît comme la révélation de l'amour trinitaire éternel. Tout d'abord le simple fait d'être homme; l'enfant avec ses qualités naturelles, l'adolescent, le jeune homme avec les siennes, l'homme adulte; chaque stade de la vie, chaque état; l'état de veille et le sommeil, la bonne santé et la fatigue, la solitude et la conversation, l'expérience du matin, de midi et du soir, le travail et le repos, le manger et le jeûne, la jouissance et la tempérance, les sentiments humains et les états d'indifférence, les jours de fête et la grise vie quotidienne.

Dieu le créateur a conçu et créé tous ces états par lesquels passe la vie humaine, et maintenant, dans la plénitude des temps, il a envoyé Son Fils en eux pour les éprouver Lui-même et en faire des expériences vécues de Dieu dans la nature humaine. C'est ainsi qu'Il les a inscrits à Son propre compte, pour les couronner par là comme une oeuvre réussie, et pour faire passer, par Sa résurrection, leur vérité, leur quintessence, dans l'éternité.

Hans-Urs von Balthasar, La prière contemplative (Parole et Silence, 2002)

image: https://losservatore.wordpress.com

06/05/2015

Morceaux choisis - 266 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Où serait votre mérite s’il fallait que vous combattiez seulement quand vous vous sentez du courage? Qu’importe que vous n’en ayez pas, pourvu que vous agissiez comme si vous en aviez! Si vous vous trouvez trop lâche pour ramasser un bout de fil et que néanmoins vous le fassiez pour l’amour de Jésus, vous avez plus de mérite que si vous accomplissiez une action beaucoup plus considérable dans un moment de ferveur.

Thérèse de Lisieux, Histoire d'une âme, dans: Hans-Urs von Balthasar, Thérèse de Lisieux - Histoire d'une mission (Editions Paulines, 1971)

image: www.deco.fr