Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2017

Une étreinte de feu - 65 / Grégoire de Naziance

Grégoire de Naziance

0_1.jpg

O Toi l'au-delà de tout, comment T'appeler d'un autre nom? Quelle hymne peut Te chanter? Aucun mot ne T'exprime. Quel esprit Te saisir? Nulle intelligence ne Te conçoit. Seul, Tu es ineffable; tout ce qui se dit est sorti de Toi. Seul, Tu es inconnaissable; tout ce qui se pense est sorti de Toi. Tous les êtres Te célèbrent, ceux qui parlent et ceux qui sont muets. Tous les êtres Te rendent hommage, ceux qui pensent comme ceux qui ne pensent pas. L'universel désir, le gémissement de tous aspire vers Toi. Tout ce qui existe Te prie et vers Toi tout être qui sait lire ton univers fait monter un hymne de silence. Tout ce qui demeure, demeure en Toi seul. Le mouvement de l'univers déferle en Toi. De tous les êtres Tu es la fin, Tu es unique. Tu es chacun et Tu n'es aucun. Tu n'es pas un être seul, Tu n'es pas l'ensemble: Tu as tous les noms, comment T'appellerai-je? Toi le seul qu'on ne peut nommer; quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées qui voilent le ciel lui-même? Aie pitié, ô Toi, l'au-delà de tout; comment t'appeler d'un autre nom?

Grégoire de Naziance, Prière (spiritualite-chretienne.com)

image: Saint Rémy de Provence (christ104.canalblog.com)

07/02/2016

Une étreinte de feu - 186 / Grégoire de Naziance

Grégoire de Naziance 

littérature,spiritualité,prières,livres

Nous Te bénissons maintenant, ô mon Christ, Verbe de Dieu, Lumière de la Lumière sans commencement,  dispensateur de l'Esprit. Nous Te bénissons, triple lumière de la gloire indivise. Tu as vaincu les ténèbres et produit la lumière afin de tout créer en elle. Tu as donné consistance à la matière en y façonnant le visage du monde et la forme de sa beauté. Tu as éclairé l'esprit de l'homme en lui donnant raison et sagesse. Partout se retrouve le reflet de la lumière éternelle, pour que, dans la lumière, l'homme découvre la splendeur et tout entier devienne lumière.

Tu as éclairé le ciel de lumière diaprées. A la nuit et au jour, Tu as commandé d'alterner en paix, leur donnant comme règle une fraternelle amitié.La nuit met un terme aux labeurs de notre corps, le jour nous éveille au travail, aux affaires qui nous préoccupent. Mais nous fuyons les ténèbres, vers le Jour sans déclin nous nous hâtons, vers le Jour qui jamais ne connaîtra la tristesse du crépuscule.

Accorde à mes paupières un sommeil léger, pour que ma voix ne reste pas longtemps muette. Ta Création veillera pour psalmodier avec les Anges. Que mon sommeil toujours soit habité de Ta présence. Que la nuit ne retienne rien des souillures du jour passé. Que les folies de la nuit ne viennent point peupler mes songes.

Même séparé du corps, l'esprit, ô Dieu, Te chante: Père et Fils et Saint-Esprit, à Toi honneur, gloire et puissance, dans les siècles des siècles.

Saint Grégoire de Naziance, Hymne du soir (prieres-catholiques.blogspot.ch)

image: Saint Grégoire de Nysse, saint Basile le Grand et saint Grégoire de Naziance (christeeleyson.com)

19/01/2016

Une étreinte de feu - 93 / Grégoire de Naziance

Grégoire de Naziance

littérature,spiritualité,prières,livres

C'est pour Toi que je vis, c'est pour Toi que je parle, c'est pour Toi que je reste immobile, c'est pour Toi que je marche: ô Christ Roi!

Anne-Sophie Du Bouëtiez, Prières pour tous les jours (Bayard Jeunesse, 2008)

image: Léonard de Vinci, La Cène (Couvent de Santa Maria delle Grazie, Milan)

24/10/2015

Morceaux choisis - 373 / Grégoire de Naziance

Grégoire de Naziance

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

J’ai longuement réfléchi en moi-même, en m’appliquant avec toute ma curiosité, et en envisageant la question sous toutes ses faces, pour chercher une image du si grand mystère de la Trinité; et je n’ai pu découvrir à quelle réalité d’ici-bas l’on peut comparer la nature divine. Ai-je trouvé quelque ressemblance partielle? Je sens qu’aussitôt la plus grande partie m’échappe, et l’exemple choisi me laisse en dessous de ce que j’en attendais.

Comme d’autres l’ont fait, je me suis représenté une source, un ruisseau et un fleuve. Et j’ai cherché une analogie entre le Père et la source, entre le Fils et le ruisseau, entre l’Esprit-Saint et le fleuve. Voici, en effet, des choses qui ne sont pas divisées par le temps, ni séparées l’une de l’autre, puisqu’elles sont en relation de continuité; et pourtant elles semblent se distinguer en quelque sorte par leurs trois propriétés. Mais j’ai craint d’abord de présenter par cet exemple je ne sais quel écoulement de la divinité, qui en exclurait la stabilité. J’ai craint aussi qu’on ne se représentât une personne unique, car la source, le ruisseau et le fleuve sont une seule et même chose qui revêt des formes diverses.

J’ai songé alors au soleil, au rayon et à la lumière. Mais cette comparaison n’est pas non plus sans danger si l’on prend cet exemple du soleil et de ses propriétés, on risque d’imaginer je ne sais quelle composition dans la nature simple. On peut être tenté aussi d’attribuer toute la substance au Père, et de croire que les autres Personnes n’en sont que des accidents; qu’ils sont des puissances qui existent en Dieu, mais qui ne subsistent pas par elles-mêmes. Car le rayon et la lumière ne sont pas d’autres soleils, mais des émanations du soleil. Enfin, cet exemple a le défaut de nous donner à penser que Dieu peut exister ou ne pas exister, ce qui est encore plus absurde que tout le reste.

En somme, je ne trouve aucune image qui me donne pleine satisfaction pour illustrer le concept de la Trinité; il faudrait que l’on ait assez de sagesse pour n’emprunter à l’exemple choisi que certains traits, et rejeter tout le reste. Aussi ais-je fini par me dire que le mieux était d’abandonner les images et les ombres qui sont trompeuses et qui demeurent très loin de la vérité. Je préfère m’attacher aux pensées les plus conformes à la piété, me contenter de peu de mots et prendre pour guide l’Esprit, de façon à garder jusqu’à la fin la lumière reçue de lui. Il est mon compagnon véritable, mon ami, et je traverse cette vie en persuadant aux autres, autant que je le puis, d’adorer le Père, le Fils et le Saint-Esprit, une seule Divinité et une seule Puissance, à qui sont toute gloire, tout honneur, tout pouvoir, dans les siècles des siècles.

Grégoire de Naziance,  Cinquième discours théologique (chemindamourverslepere.com)

image: Icône de la Sainte Trinité, XIXe siècle - Grèce (expertissim.com)