Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2017

Chemins de traverse - 609 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,roman,extraits,livres

Je me rappelle ce dégel de tout mon être sous ton regard, ces émotions jaillissantes, ces sources délivrées. Les gestes les plus ordinaires de tendresse, une main serrée, une fleur gardée dans un livre, tout m'était nouveau, tout m'enchantait.

François Mauriac, Le noeud de vipères, dans: Oeuvres romanesques (coll. Pochothèque/LGF, 1992)

00:52 Publié dans Chemins de traverse, François Mauriac | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

18/07/2017

Une étreinte de feu - 290 / François Mauriac

François Mauriac 

littérature,spiritualité,prières,livres

Je crois, Seigneur, viens  au secours de mon incrédulité (Mc 9,24). Cette prière, Vous l'avez entendue de vos oreilles, mon  Dieu, quand Vous  étiez un homme, entouré d'autres pauvres hommes galiléens. Et ce petit livre n'exprime rien d'autre que cette contradiction. Nous croyons en Vous que nous ne voyons pas. Nous écoutons Votre parole que nous n'entendons pas. Cette bouchée de pain azyme sur ma langue, je dis que c'est Vous, je me recueille et j'adore en moi cette présence qui ne m'est attestée par rien de sensible. Plusieurs ont reçu des signes, qui n'étaient pas des saints: Claudel, Max Jacob, Simone Weil. Mais moi?

Si je prétendais n'en avoir reçu aucun durant ma vie, je mentirais. Mais si je  les rapportais, ils s'évanouiraient en même temps que j'essaierais de les fixer dans des mots. Et puis, tant d'années recouvrent ces instants de grâce que je ne suis pas sûr du souvenir que j'en garde. Oui, je l'ai vue! je l'ai vue! répétait en mourant la pauvre Bernadette à qui on avait fait si souvent répéter au parloir, pour l'édification des visiteurs, l'histoire des apparitions, et qui peut-être finissait par douter de n'avoir pas rêvé.

François Mauriac, Ce que je crois, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: Lourdes, France (paroissesotteville.com)

24/06/2017

Chemins de traverse - 583 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,essai,extraits,livrese voilà loin de la politique. Sisyphe s'interrompt un instant de pousser son rocher. La politique, c'est bien cela: une grosse pierre informe que nous poussons et qui retombe et nous ramène sans fin à notre point de départ; rien n'est jamais résolu, rien n'aboutit à rien. Tout recommence, simplement.

Me voilà loin de la politique. Sisyphe s'interrompt un instant de pousser son rocher. La politique, c'est bien cela: une grosse pierre informe que nous poussons et qui retombe et nous ramène sans fin à notre point de départ; rien n'est jamais résolu, rien n'aboutit à rien. Tout recommence, simplement.

François Mauriac, Bloc-Notes 1959, dans: D'un bloc-notes à l'autre / 1952-1969 (Bartillat, 2004)

00:08 Publié dans Chemins de traverse, François Mauriac | Tags : littérature, essai, extraits | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

13/05/2017

Morceaux choisis - 663 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Tout est grâce: ce qui signifie que Dieu se sert de tout, et même du médiocre, et même du vulgaire, et même du pire, - peut-être surtout du pire comme il apparaît dans l'histoire de Madeleine qui aime le Seigneur plus que les autres parce qu'il lui a été pardonné plus qu'aux autres. 

Si vous ne voyez pas de signe et de prodige, vous ne croyez pas! soupirait le Seigneur. Nous qui n'avons vu ni signe ni prodige, et qui sommes restés fidèles à cette Eglise dont nous voyons, ces temps-ci, tomber les peaux mortes des vieux rites, au fond c'est à Quelqu'un que nous serons demeurés fidèles, c'est à ce courant de vie surnaturelle, c'est à ce filet de grâce qui s'est frayé sa route jusqu'à nous à travers les scories du culte, mais ce filet d'eau aura suffi pour que nous ne mourions pas de soif.

François Mauriac, Nouveaux mémoires intérieurs, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: Centre François Mauriac, Malagar / France (mauriac-en-ligne.u-bordeaux-montaigne.fr)

30/03/2017

Morceaux choisis - 640 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Vous qui avez entendu l'appel du Seigneur et qui avez résolu d'y répondre, peut-être est-ce dans la nuit que vous allez pénétrer et dans le silence, sinon dans la fatigue, dans le dégoût - ce qui n'aura pas plus de signification que la joie dont aussi bien vous déborderez. C'est la foi que le Seigneur demande à toutes les pages de l'Evangile: Hommes de peu de foi, soupire-t-il en regardant les siens, mais la Chananéenne, mais le centurion Le bouleversent et L'attendrissent. C'est que leur foi se confond avec l'amour. Le vieux pèlerin que je suis, si près d'arriver au but de mon pèlerinage, dresse une dernière fois sa tente au coeur du pays circonscrit par cette parole: Tu existes, puisque Je t'aime...

Croire, c'est aimer. 

François Mauriac, Ce que je crois, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: http://jubilatedeo.centerblog.net/rub-Images-6.html

11/03/2017

Morceaux choisis - 631 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Il n'est pas d'autre politique permise au chrétien que la recherche du royaume de Dieu et de Sa justice. Mais il ne lui est pas permis non plus de se désintéresser des conflits qui divisent ses frères. Or faut qu'il demeure au-dessus de la mêlée et pourtant en pleine mêlée. Nous sommes de ceux que l'amour du Christ et que l'espérance de Son règne n'ont pas détournés de l'aventure humaine, de cette sinistre histoire au jour le jour que nous appelons politique. Cette profonde insertion dans le temps d'âmes qui ne vivent que pour l'éternel, voilà il me semble le point où se rejoignent ceux qui se veulent un comme le Père, le Fils et l'Esprit sont un.

François Mauriac, Ce que je crois / extraits, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: Palmyre, Syrie (syrielongitude.canalblog.com)

28/02/2017

Morceaux choisis - 626 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Peu de chrétiens pratiquants pratiquent la torture? Mais il s'en est trouvé des milliers et des millions sinon pour l'approuver, du moins pour la comprendre, pour l'excuser. Mais il s'en est trouvé des milliers et des millions, même parmi les dévots, pour mal se défendre de haïr et de mépriser les Juifs, et de même, trop souvent les Arabes en tant qu'Arabes. Le scandale commence pour moi à partir de la foi pratiquée, vécue à l'intérieur de l'Eglise par des chrétiens, même plus fidèles que je ne le suis moi-même, comme on me l'a souvent et justement reproché, plus charitables, plus dévoués aux oeuvres que je ne le suis moi-même.

François Mauriac, Ce que je crois / extraits, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: Notre-Dame de la Trinité, Verdun / Québec, Canada (nddt.org)

20/02/2017

Morceaux choisis - 622 / François Mauriac

François Mauriac

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Il arrive que je me sente d'autant plus proche d'un croyant, d'un homme pieux, qu'il se trouve plus éloigné de ma propre Eglise. Cela n'est un paradoxe qu'en apparence. Devant un musulman ou un juif, s'ils sont dévots, je sais d'avance, avant qu'ils aient ouvert la bouche, ce qui me sépare d'eux. L'abîme, entre nous, m'est en quelque sorte familier. Il ne saurait y avoir de surprise. Mais ce qui ne m'est pas familier et qui m'enchante quand je les découvre, c'est tout à coup cette parole d'adoration que je reconnais, cette prière qui pourrait jaillir de mon propre coeur, cet amour du Père qui est au ciel, et quelquefois, et même chez certains juifs, cet attrait pour le Christ.

Dans les trop rares occasions qui me sont données de rencontrer un véritable israélite, un musulman mystique, je songe à toutes les demeures qu'il y a dans la maison du Père. Et ce que je ressens à l'égard d'un fils d'Israël ou d'un fils du Prophète, je le ressens plus encore, il va sans dire, avec les chrétiens de confessions différentes mais qui vivent du Christ, avec ceux de mes frères séparés qui ont une foi vivante, ou avec certaines âmes qui n'appartiennent à aucune confession déterminée.

C'est un peu comme lorsque nous découvrons que des étrangers connaissent et aiment comme nous un endroit secret de la forêt qui était le but de nos promenades solitaires. Nous admirons qu'ils y soient parvenus par d'autres chemins dont nous-mêmes n'avons aucune idée.

François Mauriac, Ce que je crois / extraits, dans: Oeuvres autobiographiques (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1990)

image: Tunisie (http://tunisie.co)