Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2017

Chemins de traverse - 532 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

1.jpg

Il est des secondes, il en vient à la fois cinq ou six, et vous sentez soudain la présence de l'éternelle harmonie, absolument atteinte. Ce n'est pas une chose terrestre; je ne veux pas dire qu'elle soit céleste, mais que l'homme sous sa forme terrestre ne peut le supporter. Il faut se transformer physiquement ou mourir. C'est un sentiment net et incontestable. Comme si brusquement vous sentiez la nature entière et que soudain vous disiez: oui, cela est vrai. Si cela dure plus de cinq secondes, l'âme n'y résistera pas et devra disparaître. En ces cinq secondes, je vis toute une vie et pour elle je donnerais toute ma vie parce que cela en vaut la peine...

Fiodor Dostoïevski, Les possédés (coll. Livre de Poche/LGF, 1997)

00:06 Publié dans Chemins de traverse, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

30/12/2016

La citation du jour - 582 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,roman,citations,livres

Il y a des instants, dit-il, ils durent cinq ou six secondes, quand vous sentez soudain la présence de l’harmonie éternelle, vous l’avez atteinte. Ce n’est pas terrestre; je ne veux pas dire que ce soit une chose céleste, mais que l’homme sous son aspect terrestre est incapable de la supporter. Il doit se transformer physiquement ou mourir. C’est un sentiment clair, indiscutable, absolu... Et une joie si immense avec ça! Si elle durait plus de cinq secondes, l’âme ne la supporterait pas et devrait disparaître. En ces cinq secondes je vis toute une vie et je donnerais pour elle toute ma vie, car elles le valent.

Fiodor Dostoïevski, Les possédés (coll. Livre de Poche/LGF, 1997)

00:01 Publié dans Citation du jour, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, roman, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

08/04/2016

La citation du jour - 457 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,spiritualité,citations,livres

Ce dont l’homme a bien plus besoin que de son bonheur personnel, c’est de savoir, ainsi que de croire à tout instant, qu’il existe déjà quelque part, pour tous et pour le tout, un bonheur parfait et serein... La loi entière de l’existence humaine se résume à ce que l’homme puisse toujours révérer l’infiniment grand. Si l’on enlève aux hommes ce qui est infiniment grand, ils cesseront de vivre et mourront désespérés. L’homme a besoin de l’illimité et de l’infini tout aussi bien que de la petite planète où il habite.

Fiodor Dostoïevski, Les possédés (coll. Livre de Poche/LGF, 1997)

image: Vincent Van Gogh, Landscape Under a Stormy Sky / 1889 (news.yahoo.com)

00:01 Publié dans Citation du jour, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

28/09/2015

La citation du jour - 2 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,citations,livres

Je ne comprends pas, sachez-le, qu'on puisse passer à côté d'un arbre sans éprouver à sa vue un sentiment de bonheur, ou parler à un homme sans être heureux de l'aimer. Oh, les paroles me manquent pour exprimer cela, mais combien de belles choses nous noyons à chaque pas, dont l'homme le plus dégradé ressent lui-même la beauté? Regardez l'enfant, regardez l'aurore du Créateur, regardez l'herbe qui pousse, regardez les yeux qui vous contemplent et qui vous aiment.

Fiodor Dostoievski, L'Idiot (Coll. Folio/Gallimard, 2007)

00:02 Publié dans Citation du jour, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

30/05/2015

La citation du jour - 285 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,roman,citations,livres

L'homme ne peut pas commettre de péché capable d'épuiser l'amour infini de Dieu.

Fiodor Dostoievski, L'Idiot (Coll. Folio/Gallimard, 2007)

image: Solfatara di Pozzuoli, Italia (flickrhivemind.net)

00:03 Publié dans Citation du jour, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, roman, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

28/02/2015

Chemins de traverse - 179 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,roman,extraits,livres 

Cette malheureuse femme est profondément convaincue qu'elle est la créature la plus déchue et la plus perverse qui soit au monde. Oh! ne lui faites pas honte, ne lui jetez pas la pierre! Elle ne s'est que trop torturée elle-même par le sentiment de son infamie imméritée! Et en quoi est-elle coupable, grands dieux? Dans ses accès d'exaltation, elle crie sans cesse qu'elle ne se reconnaît aucune faute, qu'elle est la victime des hommes, la victime d'un débauché et d'un scélérat. Mais quoiqu'elle vous déclare, sachez qu'elle est la première à ne pas croire à ce qu'elle dit; au contraire, en toute conscience, c'est... elle-même qu'elle accuse. Quand je m'efforçais de dissiper ces ténèbres, elle éprouvait de telles souffrances que jamais mon coeur ne guérira tant qu'il gardera le souvenir de ces atroces moments. J'ai la sensation qu'on m'a percé le coeur une fois pour toujours.

Fiodor Dostoïevski, L'Idiot, suivi de: Humiliés et Offensés (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1977)

image: Setsuko Hara - L'idiot / Akira Kurosawa, 1951 (kebekmac.blogspot.com)

00:02 Publié dans Chemins de traverse, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

26/11/2014

Chemins de traverse - 131 / Fiodor Dostoïevski

Fiodor Dostoïevski

littérature,roman,extraits,livres

A chaque heure, des milliers d'êtres terminent leur existence terrestre et leurs âmes arrivent devant le Seigneur; combien parmi eux ont quitté la terre dans l'isolement, ignorés de tous, tristes et angoissés de l'indifférence générale. Et peut-être qu'à l'autre bout du monde, ta prière pour lui montera à Dieu, sans que vous vous soyez connus. L'âme saisie de crainte en présence du Seigneur, il sera touché d'avoir lui aussi sur la terre quelqu'un qui l'aime et qui intercède pour lui. Et Dieu vous regardera tous deux avec plus de miséricorde, car si tu as une telle pitié pour cette âme, Il en aura d'autant plus, Lui dont la miséricorde et l'amour sont infinis. Et Il lui pardonnera à cause de toi.

Fiodor Dostoïevski, Les frères Karamazov, suivi de: Niétotchka Niézvanov (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 1977)

image: http://xaxor.com

00:04 Publié dans Chemins de traverse, Fiodor Dostoïevski | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg