Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 1

Espérer... avec Saint Augustin - I

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Pourquoi te troubles-tu? Ton coeur est troublé par les maux qui oppressent le monde comme était agitée la barque dans laquelle dormait le Christ. Voilà, homme au coeur avisé la cause du trouble de ton coeur, oui, voilà la cause. La barque dans laquelle dort le Christ est le coeur où dort la foi. Car que te dit-on de nouveau, ô chrétien,  que te dit-on en effet de nouveau? Avec les temps chrétiens le monde est ravagé, le monde défaille. Ton Seigneur ne t'a-t-Il pas dit: Le monde sera ravagé? Ton Seigneur ne t'a-t-Il pas dit: Le monde défaillira? Pourquoi Le croyais-tu quand on l'annonçait, et es-tu troublé quand cela se réalise? La tempête se déchaîne donc sur ton coeur: prends garde au naufrage, réveille le Christ. Il faut le réveiller, Le secouer; dis-Lui: Seigneur, nous périssons! (Mt 8,25)

Que ta foi se réveille, le Christ commence à te parler: Pourquoi ton trouble profond, Je t'ai prédit tous ces maux. Je te les ai prédits pour que, quand ces maux seraient là, tu mettes ton espérance dans les biens, et que tu ne défailles pas sous les maux.

Tu es étonné parce que le monde défaille? Etonne-toi plutôt de ce que le monde a vieilli. L'homme a vieilli, il ne cesse de se plaindre; le monde a vieilli, il ne cesse d'être oppressé par les maux. Est-ce pour toi un bienfait insuffisant, le fait que Dieu t'a envoyé le Christ dans la vieillesse du monde, pour te refaire quand tout se défait?

Il est venu quand toutes choses devenaient vieilles, et Il t'a rénové. Le monde qui avait été fait, qui avait été fondé, qui était destiné à périr, touchait à sa fin. Il voyait nécessairement se multiplier les souffrances. Le Christ est venu te consoler au milieu des souffrances et te promettre de jouir d'un éternel repos. Garde-toi de vouloir t'attacher à un monde qui est vieux et de refuser de rajeunir dans le Christ qui te dit: Le monde périt, le monde vieillit, le monde défaille, il souffre de l'essoufflement de la vieillesse. N'aie pas de crainte, ta jeunesse sera renouvelée comme celle de l'aigle. (Ps 102)

Augustin d'Hippone, Sermon 81 / extrait, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

13/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 2

Espérer... avec Saint Augustin - II

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Nous visons des choses extraordinaires: attachons-nous à ce qui est petit et nous parviendrons à ce qui est grand. Veux-tu comprendre la grandeur de Dieu? Essaie d'abord de saisir Son humilité. Ose te faire humble, dans ton propre intérêt, puisque Dieu pour toi, oui, pour toi, a voulu se faire humble. Reconnais ton infirmité, attends avec patience aux pieds de ton médecin! Lorsque tu seras devenu humble comme Lui, tu te relèveras avec Lui.

Augustin d'Hippone, Sermon 117, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

12/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 3

Espérer... avec Saint Augustin - III

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Dieu, tu ne Le vois pas et on ne peut aimer pleinement ce qu'on ne voit pas encore. Mais ce que tu vois, c'est ce qu'Il a fait. Alors, pourquoi admirer le monde et ne pas admettre le créateur du monde? Tu contemples le ciel et l'effroi te saisit; tu embrasses en pensée la terre entière et tu en es bouleversé; comment pourrais-tu, même en pensée, te figurer l'immensité de la mer? Considère la foule innombrable des étoiles; vois la variété des semences, les différentes espèces d'animaux, tout ce qui nage dans les eaux, tout ce qui rampe sur terre, tout ce qui vole dans les airs, tous les astres qui tournent dans le ciel! Que toutes ces choses sont grandes! Elles sont belles, magnifiques, prodigieuses. Eh bien, Celui qui a fait toutes ces choses, c'est ton Dieu. Mets en Lui ton espérance, si tu veux être heureux.

Augustin d'Hippone, Commentaire sur les psaumes, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

11/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 4

Espérer... avec Saint Augustin - IV

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Trouve en Lui la source de ta joie et non en toi-même: c'est en Lui que tu es ce que tu es, que tu es un être humain, que tu es juste, si du moins tu es juste! Mais si tu penses que c'est bien à Dieu que tu dois d'être un être humain, mais que la justice te vient de toi-même, alors tu ne sers pas le Seigneur avec crainte, tu ne Le célèbres pas dans la joie; tu te célèbres toi-même avec prétention. Tu t'imagines être juste parce que tu ne voles pas le bien d'autrui, que tu ne commets ni adultère, ni homicide, que tu ne portes pas de faux témoignage, et pourtant tu t'éloigneras et tu te perdras loin de la voie droite si tu t'imagines que ces actions sont les tiennes, qu'elles trouvent en toi leur source. S'il est vrai que sont heureux ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur, alors ils sont bien malheureux, ceux qui mettent en eux-mêmes leur confiance.

Ton espérance, ne la place pas en toi-même, car tu n'es qu'un homme, un mortel! Si tu fondes ton espérance sur un autre mortel, il s'agit là d'un acte d'humilité désordonnée. Si tu la fondes en toi-même, voilà un orgueil bien dangereux. Quelle différence entre ces deux excès? Tous les deux sont dangereux. Il ne faut choisir ni l'un ni l'autre. Une humilité désordonnée ne te relèvera pas; un orgueil téméraire te fera tomber.

Augustin d'Hippone, Sermon 13, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

10/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 5

Espérer... avec Saint Augustin - V

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Fais-moi entendre des chants de fête, demande le psalmiste. Je me réjouirai en t'écoutant et non en discutant contre toi. Tu as péché: pourquoi te défendre, t'excuser? Tu veux parler? Prends patience, écoute, laisse-toi guider par les paroles de Dieu pour ne pas être désorienté et aggraver tes blessures. La faute est commise, ne va pas l'excuser! Confesse-la, ne la défends pas! Si tu te fais l'avocat de ton péché, tu es vaincu d'avance; le défenseur que tu engages n'est pas innocent, son appui ne te servira de rien. Qui es-tu, en effet, pour prendre sur toi ta défense? Tu ne peux que t'accuser toi-même. Garde-toi bien de dire: Je n'ai rien fait! Ou: Quel grand mal ai-je commis? Ou: Je ne suis pas le seul.

Si, après ta faute, tu prétends n'avoir rien fait de mal, tu ne seras rien aux yeux de Dieu et tu n'obtiendras rien. Dieu est prêt à t'accorder le pardon et tu fermes la porte! C'est un don que Dieu veut te faire. Garde-toi de Lui opposer l'obstacle de ta défense. En reconnaissant ta faute, ouvre-Lui tout grand la porte de ton coeur.

Augustin d'Hippone, Sermon 231, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

09/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 6

Espérer... avec Saint Augustin - VI

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Le Christ nous apprend ce qu'il te faut savoir, si tu veux être heureux. Mais, heureux, on ne peut l'être ici-bas. Tu ne peux connaître le bonheur parfait en cette vie. Personne n'en a le pouvoir. C'est une bonne chose que tu cherches, mais cette terre n'est pas la région où l'on peut trouver ce bien. Que cherches-tu? La vie heureuse? Elle n'est pas ici. Si tu cherchais de l'or, là où il n'y en a pas, celui qui est au courant de son absence ne te dirait-il pas: Pourquoi creuser? Pourquoi remuer la terre? Tu creuses une fosse où tu peux descendre, mais tu n'y trouveras rien!

Que répondras-tu à qui te parle ainsi? Je cherche de l'or. Et lui? Je ne te dis pas que ce que tu recherches ne vaut rien, mais tu cherches au mauvais endroit. Ainsi, lorsque tu dis: Je cherche le bonheur, tu cherches quelque chose de valable. Mais, là où tu cherches, tu ne trouveras pas le bonheur. Si Jésus l'a trouvé sur cette terre, alors toi aussi, tu peux espérer le trouver.

Augustin d'Hippone, Sermon 231, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

08/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 7

Espérer... avec Saint Augustin - VII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Permettez-moi de vous parler comme un homme, le premier venu, peut parler aux autres. Que chacun prenne son coeur et l'examine sans flatterie, sans indulgence. Car il ne reste rien de plus insensé que de se flatter soi-même. Que chacun donc s'examine, regarde ce qui se passe dans son propre coeur: la plupart du temps, les prières sont gênées par de vaines pensées, de telle sorte que le coeur peut à grand-peine se tenir en présence de Dieu. Le coeur veut bien se maîtriser pour rester fermement tourné vers Dieu, mais il s'échappe, sans trouver de barrières qui l'arrêtent ou d'entraves pour retenir ses envolées, ses divagations, alors que demeurer en présence de Dieu serait pour lui source de joie. Parmi tant de prières, en est-il une seule qui retienne notre attention?

Quand nous Lui adressons une prière, Dieu l'accepte et l'exauce. Il oublie toutes ces prières que nous formulons de manière si imparfaite. Cette prière qui, à grand-peine, nous tourne vers Lui, Il l'accepte.

Imaginez un homme avec qui un ami commence à s'entretenir. Tout à coup, au moment où il voudrait lui répondre, il voit cet ami se détourner de lui et parler d'autre chose avec un autre. N'est-ce pas insupportable? Dieu supporte tant de gens qui Le prient des lèvres, mais dont le coeur est occupé par mille autres choses; même sans parler de pensées coupables ou perverses ou dictées par la haine de Dieu. Les pensées inutiles, les distractions sont déjà une injure pour celui avec qui tu as commencé à parler. 

La prière est une parole adressée à Dieu. Quand tu lis les textes de la Bible, Dieu te parle. Quand tu pries, c'est toi qui parles à Dieu. Alors, faut-il désespérer du genre humain, déclarer que tout homme est voué à sa perte si quelque pensée venant du dehors se glisse dans sa prière et l'interrompt? S'il en était ainsi, je ne vois pas quelle espérance nous resterait. C'est la miséricorde de Dieu qui nourrit notre espérance. Disons-Lui alors avec le psalmiste: Seigneur, réjouis ton serviteur: vers toi, j'élève mon âme!. (Ps 85, 4)

Augustin d'Hippone, Commentaire sur les psaumes / extrait, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)

07/04/2016

Espérer... avec Saint Augustin - 8

Espérer... avec Saint Augustin - VIII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Si tu considères les Ecritures comme le miroir de ton âme, ton visage s'épanouira: transporté toi aussi par la joie de l'espérance, tu te découvriras semblable aux membres du Corps du Christ. Tu feras toi aussi partie de ces membres et tu chanteras avec eux. Pourquoi les membres du Christ chantent-ils dans la joie? Parce qu'ils sont libérés. C'est donc l'espérance qui les fait chanter. Car, tant que nous sommes encore en ce monde, tant que nous cheminons sur terre, nous ne sommes pas encore libérés.

Augustin d'Hippone, Commentaire sur les psaumes / extrait, dans: Sylvain Gasser, Une année avec Saint Augustin (Bayard, 2013)

image: Fra Angelico, La conversion de Saint Augustin (blog.yupnet.org)