Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2016

Une étreinte de feu - 230 / Claude La Colombière

Claude la Colombière

littérature,spiritualité,prières,livres

Jésus, Vous êtes le seul et véritable ami. Vous prenez part à tous mes maux, Vous vous en chargez, Vous savez le secret de me les tourner en bien, Vous m’écoutez avec bonté, lorsque je Vous raconte mes afflictions, et Vous ne manquez jamais de les adoucir. Je Vous trouve toujours et en tout lieu; Vous ne vous éloignez jamais; et si je suis obligé de changer de demeure, je ne me lasse pas de Vous trouver où je vais. Vous ne vous ennuyez jamais de m’entendre; Vous ne vous lassez jamais de me faire du bien. Je suis assuré d’être aimé, si je Vous aime. Vous n’avez que faire de mes biens, et Vous ne vous appauvrissez point en me communiquant les Vôtres. Quelque misérable que je sois, un plus noble, un plus bel esprit, un plus saint même ne m’enlèvera point Votre amitié; et la mort qui nous arrache à tous les autres amis, doit me réunir avec Vous. Toutes les disgrâces de l’âge ou de la fortune ne peuvent Vous détacher de moi; au contraire, je ne jouis jamais de vous plus pleinement, Vous ne serez jamais plus proche que lorsque tout me sera le plus contraire. Vous souffrez mes défauts avec une patience admirable; mes infidélités mêmes, mes ingratitudes ne Vous blessent point tellement que Vous ne soyez toujours prêt à revenir, si je veux.

Claude la Colombière, Prière à Jésus (site-catholique.fr)

image: Mosaic of the Virgin Mary and Child - Hagia Sophia, Istanbul / Turkey (bibleodyssey.org)

00:04 Publié dans Claude La Colombière | Tags : littérature, spiritualité, prières, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

31/12/2015

Une étreinte de feu - 94 / Claude La Colombière

Claude La Colombière 

littérature,spiritualité,prières,livres 

Je suis si persuadé, mon Dieu, que Vous veillez sur ceux qui espèrent en Vous, je suis si persuadé qu’on ne peut manquer de rien, quand on attend tout de Vous, que j’ai résolu de vivre à l’avenir sans aucun souci et de me décharger sur Vous de toutes mes inquiétudes.

Les hommes peuvent me dépouiller et des biens et de l’honneur; les maladies peuvent m’ôter les forces et les moyens de Vous servir, je puis même perdre Votre grâce par le péché; mais jamais je ne perdrai mon espérance, je la conserverai jusqu’au dernier moment de ma vie, et tous les démons de l’enfer feront à ce moment de vains efforts pour me l’arracher.

Que les uns attendent leur bonheur, soit de leurs richesses soit de leurs talents; que les autres s’appuient ou sur l’innocence de leur vie ou sur la rigueur de leur pénitence, ou sur le nombre de leurs aumônes, ou sur la ferveur de leur prière; pour moi, Seigneur, toute ma confiance, c’est ma confiance même.

Cette confiance ne trompa jamais personne. Je suis donc assuré que je serai éternellement heureux parce que j’espère éternellement de l’être et que c’est de Vous, ô mon Dieu, que je l’espère.

Je connais, hélas - et il n’est que trop vrai - combien je suis fragile et changeant; je sais ce que peuvent les tentations contre les vertus les mieux affermies; j’ai vu tomber les astres du ciel et les colonnes du firmament; mais toutes ces chutes ne peuvent m’effrayer; tant que j’espèrerai, je me crois à couvert de tous les malheurs, et je suis sûr d’espérer toujours parce que j’espère encore de votre libéralité cette invariable espérance. Enfin, je suis intimement convaincu que je ne puis trop espérer en Vous et que ce que j’obtiendrai de Vous sera toujours au-dessus de ce que j’aurai espéré; ainsi, j’espère que Vous m’arrêterez sur les penchants les plus rapides, que Vous me soutiendrez contre les plus furieux assauts et que Vous ferez triompher ma faiblesse de mes plus redoutables ennemis.

J’espère que Vous m’aimerez toujours, et qu’à mon tour, je Vous aimerai sans relâche; et pour porter tout d’un coup mon espérance aussi loin qu’elle peut aller, je veux espérer Vous-même de Vous-même, ô mon Créateur, et pour le temps et pour l’éternité.

Claude La Colombière, Acte de confiance en Dieu (christus.fr)

image: loddon-malleeuca.blogspot.com

21/10/2015

La citation du jour - 373 / Claude La Colombière

Claude La Colombière

1.jpg

Il est étrange combien d'ennemis on a à combattre du moment qu'on se forme la résolution de devenir un saint. Il semble que tout se déchaîne, et le démon par ses artifices, et le monde par ses attraits, et la nature par la résistance qu'elle oppose à nos bons désirs.

Claude La Colombière, dans: Revue Ma Prière No 29, Septembre 2015 (mapriere.com)

image: http://rohmin.unileoben.ac.at

00:03 Publié dans Citation du jour, Claude La Colombière | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

27/09/2015

Une étreinte de feu - 168 / Claude La Colombière

Claude La Colombière

littérature,spiritualité,prières,livres

O mon Dieu, il faut que Vous nous donniez un autre cœur, un cœur tendre, un cœur sensible, un cœur qui ne soit ni de marbre, ni de bronze; il nous faut donner Votre Cœur même. Venez, aimable Cœur de Jésus, venez Vous placer au milieu de ma poitrine et allumez-y un amour qui réponde, s'il est possible, aux obligations que j'ai d'aimer Dieu. Aimez Jésus en moi autant que Vous m'avez aimé en Lui; faites que je ne vive qu'en Lui, que je ne vive que pour Lui, afin qu'éternellement je puisse vivre avec Lui dans le ciel.

Claude La Colombière, Seigneur donnez-moi Votre coeur (christus.fr)

image: http://www.museivaticani.va

17/09/2015

Morceaux choisis - 350 / Claude La Colombière

Claude La Colombière 

1.jpg

L'ardeur avec laquelle Dieu nous poursuit est sans doute un effet d'une très grande miséricorde. Mais la douceur dont ce zèle est accompagné marque une bonté encore plus admirable. Nonobstant le désir extrême qu'Il a de nous faire revenir, Il n'use jamais de violence, Il n'emploie pour cela que les voies de la douceur. Je ne vois nul pécheur, en toute l'histoire de l'Evangile, qui ait été invité à la pénitence autrement que par des caresses et par des bienfaits.

Claude La Colombière, Sermon prêché à Londres devant la duchesse d'York / extrait (christus.fr)

image: René Champs, Le Pardon du Père à son Fils Prodigue / Eglise Saint-Nicolas de Rilly-la-Montagne, France (priersanscesse.blogspot.ch)