Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2017

Morceaux choisis - 684 / Marion Muller-Colard

Marion Muller-Colard

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Le lieu sûr de ma paix est une soif inassouvie, un élan, un sursaut. Ce lieu sûr est une traversée, l'appartenance à l'espèce nomade à qui jamais rien n'appartient. Le lieu sûr de ma paix est ce plus grand que moi, cet Autre qui me saisit et que je ne saisis pas, qui m'inspire et m'aspire au-delà de moi-même, au-delà de ce dilemme tourbillonnant de tout vivant, pris entre l'effroi de la mort et l'acceptation de ma finitude. Cette respiration du monde qui m'emprunte mes poumons que le temps d'une ronde, ce grand coeur têtu qui bat hors de ma poitrine et qui prend le relais de mon arythmie, mon lieu sûr, hors de moi, est celui dont saint Augustin disait: Mon âme est inquiète jusqu'à ce qu'elle repose en Toi.

Marion Muller-Colard, L'intranquillité (Bayard, 2016)

image: https://pixabay.com/fr

10/06/2017

Morceaux choisis - 33 / Augustin d'Hippone

Augustin d'Hippone

0_1.jpg

Ne pleure pas si tu m'aimes, si tu savais le don de Dieu et ce que c'est que le Ciel! Si tu pouvais d’ici, entendre le chant des Bienheureux, et me voir au milieu d’eux! Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les immenses horizons et les nouveaux sentiers où je marche! Si, un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent! Quoi… ? tu m’as vu… tu m’as aimé dans le pays des ombres et tu ne pourrais ni me revoir, ni m’aimer dans le pays des immuables réalités?

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient, et quand, un jour que Dieu seul connaît et qu’Il a fixé, ton âme viendra dans le Ciel ou l’a précédée la mienne… Ce jour-là, tu me reverras et tu retrouveras mon affection purifiée. A Dieu ne plaise qu’entrant dans une vie plus heureuse, je sois infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie et sois devenu moins aimant!

Tu me reverras donc, transfiguré dans l’extase et le bonheur, non plus attendant la mort, mais avançant, d’instant en instant, avec toi, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie! Alors… essuie tes larmes et ne pleure plus… si tu m’aimes!

Augustin d'Hippone, Ne pleure pas si tu m'aimes (jepoeme.com)

image: Bora Bora / Polynésie (recif-tapete.fr)

15/05/2017

La citation du jour - 192 / Augustin d'Hippone

Augustin d'Hippone

littérature,spiritualité,citations,livres

Si ce que tu veux dire de Dieu, tu l'as saisi, ce n'est pas Dieu. Si tu as pu L'enfermer dans ton intelligence, ta réflexion t'a trompé. Ce n'est pas Lui, si tu as compris. Pourquoi vouloir parler de ce que tu ne peux comprendre? 

Saint Augustin, Sermon 52, dans: Lin Donnat, Méditer avec Saint Augustin (Salvator, 2014)

image: http://letourbillonmasquepointdeux.blogspace.fr

00:00 Publié dans Augustin d'Hippone, Citation du jour | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

09/05/2017

Morceaux choisis - 660 / Pierre Jaquet

Pierre Jaquet

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

On peut s'interroger: pourquoi l'oeuvre de Dieu ne s'impose-t-elle pas à l'évidence comme le font pour tout un chacun le soleil, la pluie ou le vent, le jour ou la nuit? Pourquoi Dieu - qui a créé l'homme - semble-t-il avoir tant de difficultés, au fil des siècles, des millénaires, à trouver le bon canal, la bonne fréquence, pour se manifester clairement à l'humanité et lui faire partager Son bonheur?

Quand Dieu crée le monde, quand Il envoie Son Fils pour nous introduire devant le Père, quand Il nous donne l'Esprit de vérité qui demeure auprès de nous, Il est toujours le Dieu unique qui communique tout Son amour. Mais c'est l'homme qui ne voit ni dans la Création la paix divine, le repos de Dieu, ni dans le Fils Celui qui l'introduit devant le Père des cieux, ni dans l'Esprit de vérité le don de Dieu déposé dans son coeur, ni dans les commandements l'amour du Christ.

Pourtant, Dieu n'est pas dans un autre espace que le nôtre ni n'habite dans un autre monde. Saint Augustin l'écrivait déjà au IVe siècle: Toi Dieu, Tu es plus intime que l'intime de moi-même et plus élevé que les cimes de moi-même (Les Confessions). Cette proximité fait partie de Son mystère et de celui de Son amour. Celui qui s'y éveille avec confiance comprend que Dieu et Son mystère sont aussi évidents que la pluie, le soleil ou le vent. 

Pour qui sait contempler la paix du monde, malgré toutes les plaies de violence et d'injustice qui le défigurent, pour qui garde fidèlement les paroles du Christ, pour qui se sait être introduit devant Dieu par pure grâce, pour qui accueille l'Esprit de vérité, don de Dieu dans le coeur, cet homme-là, ce croyant-là ne saurait vivre désenchanté ni être déçu par Dieu.

Pierre Jaquet, En approfondissant l'Ecriture Sainte / extraits, dans: Prédication 2006 - 2016 (Basilique Notre-Dame de Genève, 2016)

image: Basilique Notre-Dame, Genève / Suisse (gsk.ch)

11/04/2017

La citation du jour - 631 / Elisabeth de la Trinité

Elisabeth de la Trinité

littérature,spiritualité,citations,livres

Le bon Dieu ne refuse rien à la foi, à la confiance, à l'amour. Je vous laisse avec ces paroles de Saint Augustin: Il est là quand nous nous croyons seul. Il entend quand rien ne nous répond. Il nous aime quand tout nous abandonne.

Elisabeth de la Trinité, Lettre 206, dans: Didier-Marie Golay, Se préparer à Pâques avec Sainte Elisabeth de la Trinité - Retraite de Carême 2017 (carmes-paris.org)

image: http://randodujeudi.over-blog.com

07/04/2017

Morceaux choisis - 644 / Augustin d'Hippone

Augustin d'Hippone

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Je ne voudrais pas que, pour aller à la vérité, vous cherchiez d'autres voies que les voies ouvertes par Celui qui, étant Dieu, a vu la faiblesse de nos pas. La première de ces voies c'est l'humilité; la seconde, l'humilité; la troisième, l'humilité; toutes les fois que vous m'interrogerez, je vous répondrai la même chose. Ce n'est pas qu'il n'y ait d'autres préceptes; mais si l'humilité ne précède, n'accompagne et ne suit tout ce que nous faisons de bien; si elle n'est pas comme un but vers lequel se portent nos regards, si elle n'est pas près de nous pour que nous nous attachions à elle, et au-dessus de nous pour nous réprimer dans la satisfaction de quelque bonne action, l'orgueil nous arrache tout de la main. Les autres vices naissent des péchés; l'orgueil est redoutable dans le bien même: ce qu'on a fait de louable est perdu par le désir de la louange. De même donc qu'un illustre orateur, à qui on demandait quel était le premier précepte à observer dans l'éloquence, répondit que c'était la prononciation; interrogé sur le second précepte, il répondit encore: la prononciation; et comme on lui demandait quel était le troisième, il dit qu'il n'y en avait pas d'autre que la prononciation; ainsi chaque fois que vous m'interrogerez sur les préceptes de la religion chrétienne, je voudrais répondre qu'il n'y en a pas d'autre que l'humilité.

Augustin d'Hippone, Lettre 118 (citationsdespiritualite.blogspot.ch)

image: Michelangelo Caravaggio, Saint Augustin / 1638 (commons.wikimedia.org)

14/02/2017

Dieu m'invite à Le rencontrer - 3

Dieu m'invite à Le rencontrer - III

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Nous n'admirons pas souvent notre âme alors qu'elle contient un trésor. Dieu habite en nous et nous n'y faisons pas assez attention. Saint Augustin écrivait après sa conversion qu'il avait cherché Dieu partout autour de lui et qu'il avait fini par Le trouver au fond de lui-même.

C'est l'Esprit Saint présent au fond de moi qui me permet de prier, de dire à Dieu: Père. La merveille de la grâce reçue à mon baptême c'est que, puisque je suis devenu enfant de Dieu, je peux discuter avec Lui comme avec un ami, je peux Lui parler et L'écouter.

Nous n'avons pas besoin de partir loin pour rencontrer Dieu: nous n'avons pas besoin de parler fort. Il est tellement près que si bas qu'on Lui parle, Il entend, disait sainte Thérèse d'Avila.

Jacques d'Avigneau et Soeur Natalie Le Gac, Dieu m'invite à Le rencontrer (Ed. du Carmel, 2008)

07/02/2017

Une étreinte de feu - 85 / Augustin d'Hippone

Augustin d'Hippone

littérature,spiritualité,prières,livres

Vérité. Lumière de mon coeur. Ne laisse pas ma part obscure me parler. Je me suis dispersé là-bas. Je suis obscur. Mais là, même là, je T'ai aimé à la folie. Je me suis perdu et je me suis souvenu de Toi. J'ai entendu Ta voix derrière moi. Reviens. J'ai mal entendu à cause du vacarme d'une impossible paix. Maintenant, regarde, je reviens vers Ta source. En feu. Le souffle coupé. Personne pour m'en empêcher. Je vais la boire. Je vais en vivre. Je ne suis pas ma vie. Je vis mal de moi. J'ai été ma mort. En Toi je revis. Parle-moi. Explique-moi. J'ai cru Tes livres, les violents mystères de leurs paroles.

D'une voix forte, Seigneur, Tu as déjà dit à mon oreille intérieure que Tu es éternel. Le seul à avoir l'immortalité. Tu ne changes ni de forme ni de mouvement. Ta volonté ne varie pas en fonction du temps. Une volonté qui change n'est pas immortelle. Sous Ton regard, cette vérité est claire pour moi. De plus en plus claire. Je T'en supplie, sous Ta protection, je veux rester sur cette évidence.

Et d'une voix forte, Seigneur, Tu as dit aussi à mon oreille intérieure: toutes les natures et toutes les substances ne sont ce que tu es et pourtant elles sont. Tu les as faites. Seul n'est pas de Toi ce qui n'est pas... Sous Ton regard, cette vérité est claire pour moi. De plus en plus claire. Je T'en supplie, sous Ta protection, je veux rester sur cette évidence.

Et d'une voix forte, Tu as dit aussi à mon oreille intérieure: cette créature ne partage pas non plus Ton éternité. Tu es son seul plaisir. Elle s'abreuve à Toi, pureté ininterrompue, et jamais nulle part ne trahit la moindre inconstance. Pour elle, Tu es toujours présent. Elle tient à Toi de tout son amour. Pas de futur à attendre. Ni souvenir d'un passé traversé. Aucun changement, aucune dispersion temporelle.

Bonheur si elle existe, collée à Ton bonheur. Bonheur: Tu es Son hôte éternel, Son illumination. Et je ne trouve rien d'autre qui mériterait davantage selon moi l'appelation ciel de ciel du Seigneur que Ta maison qui contemple Tes plaisirs sans céder à la fuite vers un ailleurs. Pure intelligence. Unité harmonieuse. Paix stable des saints esprits, citoyens de Ta cité dans les cieux au-dessus de notre ciel.  

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Ary Scheffer, Saint Augustin et sainte Monique / 1854 (free-artworks.gatag.net)