Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2017

Sur les traces de Saint François - 17

Maximilien Kolbe

Sur les traces de Saint François - XVII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

La perfection se trouve dans la sanctification de notre ême et de chaque âme. Et celà s'opère non pas au long des années, mais à chaque instant. Chaque moment que nous avons devant nous ne revient plus. S'il est bien vécu, il peut compter pour l'éternité, c'est la vérité.

Chaque instant est entre nos mains, mais nous l'oublions souvent; alors on se soucie de ce qui peut arriver, de ce que l'un ou l'autre va penser, quelle peine on va avoir... Quel dommage! La pensée la plus enrichissante, c'est de savoir que seul le moment présent est à nous.

Nicolas Morin, Une année avec François d'Assise (Bayard, 2016)

image: Eremo delle Carceri, Assise / Italie (domuspacis.it)

La liturgie des Heures - 3 / A None - I

La liturgie des Heures - III. A None - I 

spiritualité,liturgie,hymnes 

O Toi qui es sans changement,
Seigneur du temps, ô Dieu fidèle;
Le jour décline, le soir vient:
Rassemble-nous tous en ta garde.
 
Accorde-nous la vie sans fin
Et la vieillesse sans ténèbres;
Fais que, le jour de ton retour,
Ta gloire enfin nous illumine.
 
Exauce-nous, ô Tout-puissant,
Par Jésus Christ ton Fils unique
Qui règne avec le Saint-Esprit
Depuis toujours et dans les siècles.

image: Gentile da Fabriano, Spedale di Santa Maria del Buon Gesu (collezioni-f.it)

source: AELF (aelf.org)

00:01 Publié dans Liturgie des Heures | Tags : spiritualité, liturgie, hymnes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

11/06/2017

Morceaux choisis - 679 / Charles Journet

Charles Journet

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

L'Esprit Saint nous est envoyé de l'éternité divine, Il ne s'incarne pas, Il se manifeste par des missions visibles, signifiées par des symboles extrêmement pauvres: la colombe au moment du baptême de Jésus, la nuée lors de la Transfiguration, le souffle de Jésus quand il donne aux apôtres le pouvoir de remettre les péchés, et puis le grand vent et le feu de Pentecôte. Ces symboles extérieurs désignent la troisième Personne de la Trinité, qui vient dans le cœur de son Eglise pour la porter jusqu'à l'éternité d'un élan incoercible.

L'Eglise est plus grande que le monde. Elle est faible et il semble qu'on pourrait l'anéantir. Mais les choses de Dieu, quand Il les veut, on ne peut pas les anéantir. Hitler massacrera six millions de Juifs, il ne pourra pas éteindre le peuple juif, à cause de la Promesse faite à leurs pères. Et pour l'Eglise, c'est la même chose. Vous pouvez user de toutes les armes modernes contre elle, vous ne la tuerez pas. Le monde sent qu'elle est plus grande que lui, c'est pourquoi il éprouve à son égard une sorte de crainte, il a peur d'être résorbé par elle. Elle a un sens social trop profond, trop mystérieux pour que les gouvernements et les sociétés humaines ne sentent pas là quelque chose de transcendant et ne soient pas dans une attitude de défiance. D'où cela vient-il? Non des pauvres chrétiens qui sont si médiocres! Mais à travers nos vies humaines, l'Esprit passe et fait faire où il le faut les actes de foi et d'amour qu'il faut. Cela pourra être dans un petit enfant, ou dans un malade qui va mourir, ou dans n'importe quelle circonstance, quand il le faut. Et c'est cela qui est plus fort que le monde et qui l'entraîne jusqu'au jour de la Résurrection.

Charles Journet, Entretiens sur la Trinité (Parole et Silence, 1999)

image: Abbaye cistercienne de Hauterive, Fribourg / Suisse (abbaye-hauterive.ch)

00:03 Publié dans Charles Journet, Morceaux choisis | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Laudem Gloriae - 38 / Claudio Montale

Claudio Montale

littérature,spiritualité,prières,livres

Dieu de toute bonté, Toi qui attends depuis la création du monde, comme un mendiant à la porte de mon coeur, que je réponde par mon fiat à Ton amour infini, voici Seigneur: je viens, conscient de mes fautes mais fort de Ton soutien; je viens, pour Ta joie et celle de Ton Fils bien-aimé; par Lui, sans que je sois digne d'un hôte si glorieux, Tu as choisi de faire en mon âme Ta demeure: mystère si bouleversant qu'il surpasse toute mesure et tout bien, toute lumière et toute consolation, au-delà de tout ce qui se peut dire, éprouver ou comprendre.

Au pied de la Croix avec Marie-Madeleine et pour la gloire de Ton Nom, que je ne sois pas celui par qui les dissonances humaines altèrent la beauté des coeurs et des âmes, mais qu'avec le secours de l'Esprit Saint, je n'aspire qu'à manifester en secret le désir et la promesse de ne me réjouir qu'en Ta divine présence. 

Claudio Montale, Semaine Sainte (prier.be)

image: Sainte Marie-Madeleine (magdalenepublishing.org)

00:03 Publié dans Claudio Montale, Laudem Gloriae | Tags : littérature, spiritualité, prières, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Morceaux choisis - 37 / Elisabeth de la Trinité

Elisabeth de la Trinité

0_1.jpg

J'aime tant, lorsque vous soulevez le voile de votre âme, pénétrer en ce sanctuaire intime où vous vivez seule à seul avec Celui qui vous veut toute pour Lui, et qui se fait au-dedans de vous une solitude aimée. Ecoutez tout ce qui se chante en Son âme, en Son coeur: c'est l'Amour, cet amour infini qui nous enveloppe et veut nous associer dès ici-bas à toutes Ses béatitudes. C'est toute la Trinité qui repose en nous, tout ce mystère qui sera notre vision dans le ciel.

Elisabeth de la Trinité, Ecrits spirituels (Seuil, 1974)

10/06/2017

La citation du jour - 658 / Marie de Bethléem

Marie de Bethléem

littérature,spiritualité,citations,livres

La chose la plus précieuse qu'une communauté puisse donner à ses hôtes, est de les introduire dans le silence et l'adoration.

Marie de Bethléem, dans: Revue Ma Prière No 46, Février 2017 (mapriere.com)

image: Monastère Sainte-Claire, Ronchamp / France (service-des-moniales.cef.fr)

00:02 Publié dans Citation du jour | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Morceaux choisis - 33 / Augustin d'Hippone

Augustin d'Hippone

0_1.jpg

Ne pleure pas si tu m'aimes, si tu savais le don de Dieu et ce que c'est que le Ciel! Si tu pouvais d’ici, entendre le chant des Bienheureux, et me voir au milieu d’eux! Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les immenses horizons et les nouveaux sentiers où je marche! Si, un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent! Quoi… ? tu m’as vu… tu m’as aimé dans le pays des ombres et tu ne pourrais ni me revoir, ni m’aimer dans le pays des immuables réalités?

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient, et quand, un jour que Dieu seul connaît et qu’Il a fixé, ton âme viendra dans le Ciel ou l’a précédée la mienne… Ce jour-là, tu me reverras et tu retrouveras mon affection purifiée. A Dieu ne plaise qu’entrant dans une vie plus heureuse, je sois infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie et sois devenu moins aimant!

Tu me reverras donc, transfiguré dans l’extase et le bonheur, non plus attendant la mort, mais avançant, d’instant en instant, avec toi, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie! Alors… essuie tes larmes et ne pleure plus… si tu m’aimes!

Augustin d'Hippone, Ne pleure pas si tu m'aimes (jepoeme.com)

image: Bora Bora / Polynésie (recif-tapete.fr)

09/06/2017

Morceaux choisis - 678 / Dietrich Bonhoeffer

Dietrich Bonhoeffer

littérature,spiritualité,poésie,morceaux choisis,livres

Qui suis-je?
Souvent ils me disent que de ma cellule
je sors détendu, ferme et serein,
tel un gentilhomme de son château.
 
Qui suis-je?
Souvent ils me disent qu'avec mes gardiens
je parle aussi librement, amicalement et franchement
que si j'avais, moi, à leur donner des ordres.
 
Qui suis-je?
Ils me disent aussi que je supporte
les jours de l'épreuve,
impassible, souriant et fier,
comme quelqu'un qui est habitué à vaincre.
 
Suis-je vraiment celui qu'ils disent?
Ou seulement cet homme que moi seul connais?
Inquiet, malade de nostalgie, pareil à un oiseau en cage,
cherchant mon souffle comme si quelqu'un m'étranglait,
avide de couleurs, de fleurs, de chants d'oiseaux,
assoiffé d'une bonne parole, de proximité humaine,
tremblant de colère au spectacle de l'arbitraire
et de l'humiliation la plus mesquine,
agité par l'attente de grandes choses,
craignant et ne pouvant rien faire
pour des amis terriblement loin,
trop fatigué et vide pour prier, pour penser,
pour entreprendre,
las et prêt de tout abandonner?
 
Qui suis-je?
Celui-ci ou celui-là?
Suis-je aujourd'hui celui-ci et demain un autre?
Suis-je les deux à la fois?
Un hypocrite devant les hommes
et devant moi un faible, piteux et méprisable?
Ou bien ce qui est en moi
ressemble-t-il à l'armée vaincue,
qui fuit en désordre devant la victoire déjà remportée?
 
Qui suis-je?
Ce questionnement solitaire me tourne en dérision.
Qui que je sois, Toi, tu me connais:
je suis Tien, ô Dieu!

Dietrich Bonhoeffer, Viens suis-Moi, dans: Jean Vanier, Prières glanées (Editions Fidélité, 2014)

image: http://www.nikeairjordanshoes13.com