Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2017

Morceaux choisis - 677 / Pape François

Pape François

1.jpg

Dieu Lui-même est Celui qui prend l’initiative et qui choisit de s’insérer, comme il l’a fait avec Marie, dans nos maisons, dans nos luttes quotidiennes, pleines d’inquiétudes et de désirs. Et c’est précisément à l’intérieur de nos villes, de nos écoles et de nos universités, sur les places et dans les hôpitaux, que s’accomplit l’annonce la plus belle que nous puissions entendre: Réjouis-toi, le Seigneur est avec toi! Une joie qui engendre la vie, qui engendre l’espérance, qui se fait chair dans la façon dont nous envisageons le lendemain, dans l’attitude avec laquelle nous regardons les autres. Une joie qui devient solidarité, hospitalité, miséricorde envers tous.

Pape François, Messe dans le parc de Monza - 25 mars 2017 (w2.vatican.va)

image: http://www.italiauruguay.com

00:01 Publié dans Morceaux choisis, Pape François | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Chemins de traverse - 573 / William Shakespeare

William Shakespeare

5.jpg

Te comparerai-je à un jour d’été?
Tu es plus aimable et plus tempéré.
Les vents violents font tomber les tendres bourgeons de mai,
Et le bail de l’été est de trop courte durée.

Tantôt l’œil du ciel brille trop ardemment,
Et tantôt son teint d’or se ternit.
Tout ce qui est beau finit par déchoir du beau, dégradé,
Soit par accident, soit par le cours changeant de la nature.

Mais ton éternel été ne se flétrira pas
Et ne sera pas dépossédé de tes grâces.
La mort ne se vantera pas
De ce que tu erres sous son ombre,

Quand tu grandiras dans l’avenir en vers éternels.
Tant que les hommes respireront
Et que les yeux pourront voir,
Ceci vivra et te donnera la vie.

William Shakespeare, Sonnet XVIII, dans: Passeurs de mémoire, de Théocrite à Alfred Jarry (coll. Poésie/Gallimard, 2005)

image: Albert Lynch, Portrait of a Young Woman (liveinternet.ru)

00:01 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, poésie, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Sur les traces de Saint François - 15

Antoine de Padoue

Sur les traces de Saint François - XV

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Nous Te prions, Seigneur Jésus, de faire de nous une bonne terre apte à recevoir la semence de grâce, et à produire un fruit digne du repentir, afin que nous méritions de vivre éternellement dans Ta gloire, avec Ton aide, Toi qui es béni dans les siècles des siècles.

Nicolas Morin, Une année avec François d'Assise (Bayard, 2016)

image: Eremo delle Carceri, Assise / Italie (domuspacis.it)

05/06/2017

Morceaux choisis - 676 / Maurice Zundel

Maurice Zundel

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Les hommes sont fatigués des mots, ils sont fatigués de la morale, du moralisme, des exhortations, ils sont fatigués des contraintes, des limites, de tout ce qui semble être un barrage à leurs connaissances, à leur pouvoir et à leur vouloir. Ils ne croiront jamais à une foi créatrice, à une foi qui est un crédit fait à l'amour, s'ils ne rencontrent cet amour visiblement manifesté en nous.

Et tout est là: si nous n'engagions que nous, mais c'est impossible, nous n'engageons pas que nous, s'il est vrai qu'il y a en nous une zone inviolable, s'il est vrai qu'il y a en nous quelque chose d'infiniment sacré, s'il est vrai que nous avons une dignité à respecter en nous et dans les autres, s'il est vrai que nous avons tous un même centre, qui fait que nous sommes tous un, nous ne représentons pas que nous-même mais toujours Lui, bien plus que nous, engageant Sa vie dans la nôtre au point, si j'ose dire, que nous sommes l'espérance de Dieu.

Nous sommes loin des problèmes d'institution. Il n'y a pas d'institution finalement: il n'y a qu'un sacrement. Ceux qui voient l'Institution, c'est qu'ils ne voient pas le mystère de l'Eglise, c'est qu'ils ne la vivent pas dans la foi, c'est qu'ils ne sont pas axés sur l'intimité du Seigneur, c'est qu'ils ne poursuivent pas, dans la désappropriation d'eux-mêmes, l'Incarnation de Dieu.

L'Esprit n'est pas emprisonné dans la pauvreté de Dieu: c'est là qu'Il éclate, c'est là justement qu'Il a Sa source et Son origine éternelle, c'est là que résident les assises de toute liberté, s'il est vrai que la liberté, c'est le pouvoir de se donner jusqu'aux racines de l'être.

Mais tout cela ne deviendra réel pour nous que dans une prise de conscience, jour après jour, minute après minute, dans le contact avec les autres qui conditionnent si rigoureusement notre propre existence, que si à chaque instant, nous reprenons conscience de ce bien commun et infiniment personnel tout à la fois qu'est la Présence, qui est la vie de Dieu confiée à cette humanité et qu'elle a la mission d'exprimer, de réaliser dans tout l'univers pour que l'univers enfin existe et qu'il réponde à l'amour de Dieu comme à l'attente humaine.

Maurice Zundel, Esprit et Institution / extrait (mauricezundel.com/fr)

image: http://longviewbaptistchurch.org

00:07 Publié dans Maurice Zundel, Morceaux choisis | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

La citation du jour - 655 / Elisabeth de la Trinité

Elisabeth de la Trinité

littérature,spiritualité,citations,livres

Je me demande comment l'âme qui a sondé l'amour qui est au Coeur de Dieu pour elle, peut n'être pas joyeuse toujours, dans toute souffrance et toute douleur.

Elisabeth de la Trinité, La grandeur de notre vocation 12, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1980)

image: http://flore.aveyron.free.fr

04/06/2017

Morceaux choisis - 675 / Benoît XVI

Benoît XVI

4.jpg

L’Evangile nous offre cette très belle expression: Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur (Jn 20,20). L’Ami perdu est à nouveau présent, et qui était jusque là bouleversé se réjouit. Il ne vient pas d’un lieu quelconque, mais de la nuit de la mort; et Il l’a traversée! Il n’est plus un parmi d’autres, mais Il est l’Ami et dans le même temps Celui qui est la Vérité qui fait vivre les hommes; et ce qu’Il donne n’est pas une joie quelconque, mais c’est la joie même, don de l’Esprit Saint. Oui, il est bon de vivre parce que je suis aimé, et c’est la Vérité qui m’aime. Les disciples furent remplis de joie, en voyant le Seigneur. Aujourd’hui, à la Pentecôte, cette expression nous est destinée aussi, parce que dans la foi nous pouvons Le voir; dans la foi Il vient parmi nous, et à nous aussi Il montre Ses mains et Son côté, et nous en sommes remplis de joie. C’est pourquoi nous voulons prier: Seigneur, montre-Toi! Fais-nous le don de Ta présence, et nous aurons le don le plus beau: Ta joie.

Benoît XVI, Solennité de la Pentecôte - 12 juin 2011 (w2.vatican.va)

image: Eglise Notre-Dame de Beauchamp, France (fr.pinterest.com)

00:01 Publié dans Morceaux choisis, Pape Benoît XVI | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Une étreinte de feu - 161 / Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

littérature,spiritualité,prières,livres

Qui es-Tu, douce lumière qui m'inondes et illumines l'obscurité de mon coeur? Tu me conduis par la main comme une mère, et si Tu me lâchais, je ne saurais faire un pas de plus. Tu es l'espace qui enveloppe mon être et le garde en lui. Abandonné de Toi, il tomberait dans l'abîme du néant dont tu me tiras pour m'élever à la lumière. Toi, plus proche de moi que je ne le suis de moi-même, plus intérieur que mon être le plus intime et pourtant insaisissable et inouï, surpassant tout nom: Esprit-Saint - Amour éternel.

Edith Stein, Neuvaine de Pentecôte 1937 / extrait, dans: Le secret de la croix (CERP/Parole et Silence, 1998)

image: Monastère du Saint Désert Notre-Dame de Pitié, Roquebrune-sur-Argens / France (carmel.asso.fr)

03/06/2017

Morceaux choisis - 674 / Henri Caldelari

Henri Caldelari

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Si tu veux que vienne le règne de Dieu, fais tien le désir ardent du Père qui veut communiquer Son amour à tous Ses fils. Sois avide de Son Esprit pour toi et tous tes frères. Désire-Le ardemment, afin que le feu allumé par Jésus en mourant sur la Croix t'embrase entièrement et que tu deviennes flamme avec le feu. Dans un même élan, désire que ce feu s'étende sur toute la terre et offre ta vie pour qu'il puisse se propager plus loin. Ne crains pas de laisser grandir en toi la soif de Dieu, Sa passion, Son zèle pour le salut de tous les hommes. Si ce désir t'habite, tu partageras la soif du Christ sur la Croix. Si le sort des pécheurs te laisse indifférent, si ton coeur ne brûle pas d'amour pour eux, c'est que tu es encore loin de Dieu.

Henri Caldelari, Ton nom est prière (Saint-Augustin, 1980)

image: http://auto.img.v4.skyrock.net

00:20 Publié dans Henri Caldelari, Morceaux choisis | Tags : littérature, spiritualité, morceaux choisis, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg