Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2017

Chemins de traverse - 596 / Guy Gilbert

Guy Gilbert

littérature,essai,extraits,livres

Ne sois jamais hyène pour te repaître des restes de tes partenaires déchus: ils te boufferont avec la même délectation, s'ils en ont à nouveau l'occasion. Sois par contre un aigle qui voit loin, et de haut: il plane longtemps, l'aigle, avant d'atterrir, il a les cimes pour royaume. Sois fourmi besogneuse: elle vit au ras des pâquerettes, solidaire et proche de l'immense fourmilière de ses frères et soeurs. Ne sois pas un rat putride se nourrissant des mille et une rumeurs de la gent politique et se régalant des plus sordides déchets: n'oublie pas, les rats aiment s'entre-dévorer. Le loup sera ton guide: protecteur des faibles, fidèle jusqu'à la mort, il a un formidable instinct; il sait voir longtemps à l'avance le froid qui vient, l'ennemi qui guette. Sois royal comme  le lion: les petitesses ne le touchent pas; son domaine est immense, l'horizon seul l'attire.

Si tu n'as pas la cuirasse du rhinocéros, face aux critiques et aux innombrables attaques, tu seras aussi fragile qu'un vermisseau. L'éléphant, son travail terminé, se retire, solitaire. N'attends pas qu'on te pousse au désert, ou alors tu te dessécheras sous la risée de tous. Le lièvre, c'est connu, à la moindre alerte fonce vers son terrier: sauve qui peut, chacun pour soi. Prends la mesure de ce que tu vis: responsable, tu l'es; prends-en le risque. Ne sois pas caméléon, sinon ta vie politique ne sera que couleurs changeantes, au gré du temps: l'opinion est versatile et le mépris t'attend. Sois prudent comme un serpent: tu éviteras les pièges sordides de la vie politique. Sois doux comme une colombe: personne ne résiste à la douceur et à la bonté; aie de l'humour et de la tendresse dans tes propos. Sois chameau: ta bosse emplie de certitudes morales et d'énergie spirituelle t'aidera à traverser tous les déserts et à affronter le choc de la vague qui frappe, poussée par la houle. Le singe n'arrête pas de se complaire dans l'image que le miroir lui renvoie: ton visage ou ton meilleur profil ne serviront jamais le bien public; ta vérité et tes certitudes iront au-delà du miroir.

Ne sois pas coucou: pondre un oeuf dans le nid des autres et vider ensuite la couvée pour prendre toute la place, c'est risquer sa vie politique sur l'intérêt, le vent du moment et le vide; l'impasse ou le ravin seront alors ton dernier nid. Fonce avec la horde des bisons, en tête bien sûr: tu donnes la direction, c'est ton boulot; ta force et ton enthousiasme entraîneront le troupeau. Quand tu parles, dis ce que tu penses, ne lis jamais: le perroquet répète toujours la même chose. On est toujours conquis par le chant du rossignol: lui aussi dit toujours la même chose, mais il appelle au plus haut; on ne se lasse jamais de l'entendre. Ne t'affiche pas avec les stars: elles brillent et s'éteignent aussi vite.

Le monde politique est un immense chêne. Alors sois écureuil: ne cherche pas à tout prix à récolter des voix: demain elles te trahiront; grimpe de branche en branche, monte toujours plus haut. Tu contempleras le ciel: il est rempli d'étoiles: on en manque tragiquement...

 

23:24 Publié dans Chemins de traverse, Guy Gilbert | Tags : littérature, essai, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.