Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2017

La prière cachée avec Jean de la Croix - 3

La prière cachée avec Jean de la Croix - III

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Jean de la Croix nous conduit dans notre quête de Dieu. Cette quête est fondée sur notre foi en la résurrection du Christ qui par elle se donne à tous les hommes, nous recherche et nous rend capables d’accueillir le don de Dieu, seul capable de nous faire advenir à notre vraie dignité. Il nous appelle aussi à bien distinguer la réalité de la rencontre et de nos sensations. Même si on ne Le voit pas, quelque chose advient dans la rencontre. Dieu se communique Lui-même de manière cachée. Ce qui semble le plus tangible, c’est plutôt Son absence.

Dans la prière, il ne s’agit pas d’abattre des ennemis mais de rejoindre notre désir positif de nous laisser combler par un Autre. Si nos anxiétés, notre douleur, notre colère, sont des symptômes de notre soif, ils ne peuvent être fondamentalement des obstacles à la prière. Au contraire, c’est à partir de cela que nous pouvons nous ouvrir à la relation avec Celui qui nous aime et désire nous venir en aide. Au lieu d’analyser nos blessures et de les excuser, Jean de la Croix nous invite à nous situer au niveau de nos blessures, de les habiter, non de les rejeter et de nous tenir ainsi devant Dieu.

Marie est en cela un exemple. Elle perçoit l’embarras des époux à Cana, il est aussi question de manque ici! Elle ne propose pas de solution à son Fils. Elle lui fait simplement part de la réalité. Elle ne dit pas: tu devrais faire ceci ou cela mais ils manquent de vin.

Ils manquent de vin. J’ai cette difficulté. Voilà comment je suis, comment je me sens. Nos peurs sont aussi un langage: être avec le Christ, avec elles, c’est communiquer, c’est prier.

L’histoire de Jean de la Croix a commencé là: il s’est découvert assoiffé de Celui qui l’avait blessé. Il a rencontré le Christ qui vient à lui, pauvre pour partager sa blessure et ressuscité pour le guérir. Il nous propose de prier non pour nous échapper de nos nuits qui d’ailleurs échappent à notre prise, mais pour y séjourner. La nuit se découvre alors comme une heureuse aventure, non pas la nuit du chaos, mais une caverne qui est le cœur du Christ ressuscité. Voilà notre vraie demeure!

Carmel de France, Où es-tu caché Ami? - La prière cachée avec Jean de la Croix (carmel.asso.fr)

image: Champel, Genève / Suisse (2017)

Commentaires

"L’âme pénètre de deux manières dans la nuit du sens : l’une active, l’autre passive. Elle y entre activement par des efforts personnels (méditation à la suite du Christ et efforts vertueux). Elle y entre passivement lorsqu’elle n’agit point et laisse Dieu agir en elle, se contentant de se comporter comme un sujet patient. "
Jean de la Croix

Écrit par : Véra Kretz | 09/07/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.