Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Chemins de traverse - 570 / Alphonse de Lamartine

Alphonse de Lamartine

4.jpg

Un soleil étincelant moirait la mer de rubans de feu et se réverbérait sur les maisons blanches d'une côte inconnue. Une légère brise, qui venait de cette terre, faisait palpiter la voile sur nos têtes et nous poussait d'anse en anse et de rocher en rocher. C'était la côte dentelée et à pic de la charmante île d'Ischia, que je devais tant habiter, et tant aimer plus tard. Elle m'apparaissait, pour la première fois, nageant dans la lumière, sortant de la mer, se perdant dans le bleu du ciel, et éclose comme d'un rêve de poète pendant le léger sommeil d'une nuit d'été.

Alphonse de Lamartine, Graziella (coll. Folio/Gallimard, 2006)

image: Ischia Porto / Italia (http://www.ilportaledelsud.org)

00:19 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, roman, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Commentaires

Merci pour ce merveilleux extrait de Lamartine.

Écrit par : Véra Kretz | 30/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.