Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2017

Morceaux choisis - 636/ Thérèse Bénédicte de la Croix

Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

L’amour du Christ ne connaît pas de limites, il n’est rebuté ni par la laideur ni par la saleté. Le Christ est venu pour les pécheurs et non pour les justes. Et si Son amour vit en nous, nous ferons comme Lui et nous irons à la recherche des brebis perdues. L’amour naturel veut avoir l’être aimé pour soi, et autant que possible le posséder sans partage. Le Christ est venu pour ramener au Père l’humanité égarée; qui aime de Son amour veut les hommes pour Dieu et non pour lui-même. Tel est d’ailleurs le plus sûr moyen de les posséder pour toujours, car si nous avons confié un homme à la garde de Dieu, nous sommes avec Lui un en Dieu, alors que la soif de posséder conduit souvent – en fait tôt ou tard – à tout perdre. Cela vaut pour l’âme d’autrui comme pour la nôtre, comme pour tout bien extérieur. Qui veut s’enrichir et conserver dans le monde perdra. Qui abandonne à Dieu, l’emportera.

Edith Stein, La Crèche et la Croix (Ad Solem, 2008)

Commentaires

Merci pour ce beau texte.
"...Cela vaut pour l’âme d’autrui comme pour la nôtre, comme pour tout bien extérieur..."

"Car quiconque voudra sauver son âme, la perdra; mais quiconque perdra son âme pour l'amour de moi, la trouvera."
(Matth.16:25)

Écrit par : Véra Kretz | 21/03/2017

Les commentaires sont fermés.