Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2016

Morceaux choisis - 581 / Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus

Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Nous disons: pourquoi suis-je au monde? La grande cause, c'est que Dieu est amour, c'est que Dieu nous a aimés. Dieu vous a créés par amour et cet amour est toujours vivant. Ce qu'Il a aimé, Il l'aime toujours; ce qu'Il vous a donné, Il vous le laissera toujours. Comme dit l'apôtre saint Paul qui a pénétré profondément cet être de Dieu, les dons de Dieu sont sans repentance, sans regret, et ce qu'Il a commencé, Dieu le terminera. Le bon Dieu ne peut pas nous lâcher, Il ne peut pas nous abandonner, parce qu'Il nous aime.

Vous voyez les vastes horizons qui s'ouvrent devant nous! Le soleil levant s'annonce, ses premiers feux apparaissent à l'horizon derrière les montagnes, derrière les nuages, et il éclaire déjà ces nuages, ces tristesses de notre vie. Il annonce l'arrivée majestueuse du grand soleil, de la grande lumière qui nous éclairera personnellement et qui éclairera le monde. Voilà le temps de l'Avent!  

Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus, Homélie du 1er décembre 1963 / extraits, dans: François-Marie Léthel, Se préparer à Noël avec le père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus (carmes-paris.org)

omage: Notre-Dame de Vie, Mougins / France (garibondy.over-blog.com)

Chemins de traverse - 490 / Paul Claudel

Paul Claudel

littérature,théâtre,extraits,livres

Que demande-t-on d'une fleur sinon qu'elle soit belle et odorante une minute, pauvre fleur, et après ce sera fini. La fleur est courte, mais la joie qu'elle a donnée une minute n'est pas de ces choses qui ont commencement ou fin.

Paul Claudel, L'annonce faite à Marie (coll. Folio/Gallimard, 2007)

image: Camille Claudel, Paul Claudel (imagesdubeaudumonde.com)

00:06 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, théâtre, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Une étreinte de feu - 98 / Paul VI

Paul VI

0_1.jpg

Seigneur, Dieu de paix, Toi qui as créé les personnes humaines, objet de ta bienveillance, pour être familières de Ta gloire, nous te bénissons et nous te rendons grâce: car Tu nous as envoyé Jésus, ton Fils bien-aimé; Tu as fait de lui, dans le mystère de sa Pâque, l’artisan de tout salut, la source de toute paix, le lien de toute fraternité. Nous Te rendons grâce pour les désirs et les efforts, les réalisations que Ton Esprit de paix a suscitées en notre temps, pour remplacer la haine par l’amour, la méfiance par la compréhension, l’indifférence par le solidarité.

Ouvre davantage encore nos esprits et nos coeurs aux exigences concrètes de l’amour de tous nos frères et de toutes nos soeurs, pour que nous soyons toujours plus des artisanes et des artisans de paix. Souviens-Toi, Père de miséricorde de tous ceux et celles qui peinent, souffrent et meurent dans l’enfantement d’un monde plus fraternel. Que pour les femmes et les hommes de toute race et de toute langue vienne Ton Règne de justice, de paix et d’amour. Et que la terre soit remplie de Ta gloire!

Paul VI, Prière pour la paix (prier.be)

00:06 Publié dans Pape Paul VI, Une étreinte de feu / Prières | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

29/11/2016

La citation du jour - 567 / Thérèse de Jésus

Thérèse de Jésus (Thérèse d'Avila) 

littérature,spiritualité,citations,livres

Pour prier comme il convient, vous savez ce qu’on fait tout d’abord: on examine sa conscience, on récite le Confiteor et on fait le signe de la croix.

Thérèse d'Avila, dans: Carmel de France, L'examen de conscience (carmel.asso.fr)

Morceaux choisis - 50 / Jean-Pierre de Caussade

Jean-Pierre de Caussade

priere_ws59507906.jpg 

Le moment présent est toujours plein de trésors infinis; il contient plus que vous n’avez de capacité. La foi est la mesure: vous y trouverez autant que vous croyez. L’amour est aussi la mesure: plus votre coeur aime, plus il désire; et plus il désire, plus il trouve. La seule volonté de Dieu fera votre plénitude, qui ne vous laissera aucun vide; adorez-la, allez droit à elle, pénétrant et abandonnant toutes les apparences. 

Jean-Pierre de Caussade, L'Abandon à la Providence divine (Desclée de Brouwer, 2006)

image: www.eglisesourcedeviefrejus.com

Chant sacré - 175 / Soyons dans la joie

Soyons dans la joie

"Chant d'adoration"

 

Bénédictines du Sacré Coeur de Montmartre


00:00 Publié dans Chant sacré | Tags : chant sacré, musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Se réjouir avec Saint Bernard - 2

Se réjouir avec Saint Bernard - II

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

Le rameau est la Vierge Mère de Dieu, et la fleur est son Fils. Oui, le Fils de la Vierge est une fleur d'un blanc et d'un rose éclatant et belle entre mille; une fleur que les anges souhaitent contempler, dont le parfum rend la vie aux morts; c'est, comme elle le dit elle-même, une fleur des champs (Ct 2,1), non des jardins, car les fleurs des champs poussent sans le secours de l'homme, personne ne l'a semée, personne ne la cultive, personne ne répand un engrais à la place où elle pousse. Il en est tout à fait de même du sein de la Vierge Marie; c'est ainsi qu'il a fleuri, ainsi que ses chastes entrailles ont produit, comme une prairie d'une éternelle verdeur, que le soc de la charrue n'a point remuée et que la main de l'homme a toujours respectée, une fleur dont la beauté ne doit point se corrompre, dont l'éclat ne se flétrira jamais. O Vierge, rameau sublime, tu te termines par une tête sainte et superbe qui s'élève jusqu'à Celui qui est assis sur un trône; jusqu'à la majesté du Seigneur même. Après tout, pourquoi m'en étonnerai-je, quand je te vois pousser à une si grande profondeur les racines de l'humilité? 

La Vierge est cette voie royale par laquelle le Sauveur est venu à nous, car c'est de son sein qu'Il s'est élancé comme un jeune époux de sa couche nuptiale. Efforçons-nous de monter vers le Sauveur par la même voie qu'Il a suivie pour descendre jusqu'à nous, d'arriver par elle à la grâce de Celui qui, par elle aussi, est venu jusque dans notre misère.

Puissions-nous avoir, par vous, accès auprès de votre Fils, ô vous qui avez eu le bonheur de trouver la grâce, d'enfanter la vie et le salut. Que Celui qui nous a été donné par vous, par vous aussi nous reçoive. Que votre sainteté excuse auprès de Lui la faute de notre corruption, et que votre humilité, qui charme les regards de Dieu, Lui fasse pardonner notre vanité. Que votre immense charité couvre la multitude de nos péchés et que votre glorieuse fécondité nous rende féconds aussi en bonnes œuvres. O vous, Notre-Dame, notre médiatrice et notre avocate, réconciliez-nous avec votre Fils, recommandez-nous, présentez-nous à Lui. Faites, ô bienheureuse Vierge, par la grâce que vous avez trouvée, par la miséricorde dont vous êtes la mère, que Jésus-Christ, votre Fils et notre Seigneur, le Dieu béni par-dessus toutes choses dans les siècles des siècles, qui a daigné, par vous, partager notre faiblesse et notre misère, nous fasse la grâce, à votre intercession, de nous faire partager un jour avec Lui la gloire et le bonheur éternels.

Bernard de Clairvaux, Second sermon de l'Avent / extrait (abbaye-saint-benoit.ch)

image: duec-savoiedauphine.over-blog.com