Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2017

Chemins de traverse - 519 / William Shakespeare

William Shakespeare

10.jpg

Moi qui plais à certains, et les éprouve tous,
Joie et terreur des bons et des méchants,
Moi qui forge et dénoue l'erreur,
En ma qualité de Temps,
Je prends maintenant sur moi d'user de mes ailes.
N'en faites pas un crime, à moi
Non plus qu'à mon rapide cours.

Laissez-moi passer tel que je fus,
moi qui à l'ordre ancien préexistais,
Comme à celui qui prévaut aujourd'hui;
Je ternirai l'éclat de ce présent,
Tout comme mon récit semble terne aujourd'hui.

Si le permet votre patience,
Je retourne mon sablier,
et je donne à ma pièce une telle croissance
Qu'il vous semblera que vous avez dormi entre-temps.

William Shakespeare, Le conte hiver, dans: Comédies, vol. 3 (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 2012)

image: http://bulles-oursine.me

00:10 Publié dans Chemins de traverse | Tags : littérature, théâtre, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Commentaires

Merci pour ce beau et profond extait de la magnifique tragicomedie de Shakespeare.

Écrit par : Véra Kretz | 03/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.