Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2017

Chemins de traverse - 504 / Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud

littérature,essai,extraits,livres 

Le chez-soi, c'est un paysage modeste, le quartier, le village où l'on tutoie l'artisan, le garagiste ou le postier, puisqu'on a été jadis sur les bancs de la même école. Etre chez soi, c'est savoir à quelle date fleurissent les lilas, arrivent les huppes ou le coucou, poussent les premières jonquilles. Etre chez soi, c'est étalonner le temps qui passe, comme on cochait jadis l'âge et la taille des enfants d'un trait de crayon sur le chambranle d'une porte. Etre chez soi, c'est se réinscrire dans une longue filiation d'ancêtres dont le paysage garde la trace des activités qu'ils menaient jadis: granges, chemins, vergers, vignes, pommeraies sont les alignements survivent à leurs créateurs.

Jean-Claude Guillebaud, Je n'ai plus peur, dans: Marion Muller-Colard, Le complexe d'Elie (Labor et Fides, 2016)

00:29 Publié dans Chemins de traverse, Marion Muller-Colard | Tags : littérature, essai, extraits, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg

Commentaires

" ...Etre chez soi, c'est savoir à quelle date fleurissent les lilas, arrivent les huppes ou le coucou, poussent les premières jonquilles..."
Merci pour cet extrait, simple et beau.

Écrit par : Véra Kretz | 05/01/2017

Les commentaires sont fermés.