Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2016

Relire... Les Confessions - 26

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - XXVI

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Maintenant, Seigneur, je T'écris cet aveu. Lise qui voudra. Qu'on interprète comme on voudra. Si quelqu'un trouve que j'ai commis une faute en pleurant ma mère un petit quart d'heure, cette mère que pour un temps j'ai considérée comme définitivement morte, elle qui tant d'années avait pleuré pour me faire vivre à Tes yeux, ne riez pas de moi mais plutôt, si vous avez grand amour, pleurez pour mes fautes devant Toi, père de tous les frères de Ton Christ.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

Commentaires

"Toute larme, ai-je dit, procède du cœur, et telle est la vérité ; car le cœur ne souffre qu'autant qu'il aime. Aussi les mondains pleurent-ils quand leur cœur est en souffrance, c'est-à-dire quand il est privé de ce qu'il aimait..." Catherine de Sienne

Écrit par : Véra Kretz | 28/09/2016

Les commentaires sont fermés.