Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2016

Relire... Les Confessions - 14

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - XIV

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Pourquoi partir? Pourquoi m'en aller? Tu le savais, Dieu, mais Tu ne l'as indiqué ni à moi ni à ma mère qui a versé des pleurs atroces sur mon départ. Elle m'a accompagné jusqu'à la mer. J'ai dû ruser avec elle quand elle s'est violemment accrochée à moi pour me supplier de rester ou de l'emmener. J'ai inventé un ami que je ne pouvais quitter sous prétexte que nous attendions le vent ensemble pour naviguer. J'ai menti à une mère, à cette mère-là, et j'ai fui. Et là encore Tu m'as épargné. Tu m'as évité par amour de sombrer dans les eaux de la mer, moi qui étais si lourd d'exécrables déchets, pour me laver dans Ton eau protectrice et assècher les torrents de larmes des yeux de ma mère. A cause de moi, chaque jour, elle baignait devant Toi de ses larmes la terre sous ses yeux. Elle m'a attendu, pleuré et prié. Et pour Te demander quoi, mon Dieu, avec tant de larmes? De ne pas me laisser prendre la mer. Mais dans Ta grande sagesse, et tout en accédant à quelque chose d'essentiel de son désir, sans toutefois répondre vraiment à son attente, Tu as fait de moi ce qu'elle avait toujours attendu. 

Le vent s'est levé. Il a gonflé nos voiles. Le rivage a disparu du champ de notre vision. Abandonnée au petit matin, ma mère, folle de douleur, a déversé dans Tes oreilles plaintes et gémissements. Tu les as négligés. Tu m'avais enlevé en Te servant de mon ambition pour mettre fin précisément à cette ambition. Et le souhait humain de ma mère, Tu l'as étrillé d'une douleur cinglante et juste. Elle aimait que je sois près d'elle, comme toutes les mères, et plus encore que beaucoup d'entre elles. Mais elle était inconsciente des joies que Tu retirerais pour elle de mon absence. Inconsciente, elle pleurait et se lamentait. Cette torture en a fait l'héritière d'Eve. Elle a cherché dans les gémissements ce qu'elle avait enfanté dans les gémissements. Mais après avoir accusé ma duplicité et ma cruauté, elle recommençs à intercéder pour moi auprès de Toi.

Elle a disparu dans son ordinaire et moi à Rome.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

Commentaires

Excellent extrait. On peut entendre le bruit de la mer et les larmes de la mère. Merci à vous.

Écrit par : Véra Kretz | 17/08/2016

Les commentaires sont fermés.