Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2017

Relire... Les Confessions - 4

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - IV

littérature,spiritualité,prières,morceaux choisis,livres

Un humble attachement fait retourner en Toi. Tu nous purges des mauvaises habitudes. Tu es bienveillant pour les fautes qu'on avoue. Tu écoutes les plaintes des enchaînés. Tu nous libères des entraves que nous nous sommes faites, à la condition de ne plus dresser contre Toi les cornes d'une fausse liberté, toujours avides de posséder davantage au risque de tout perdre, en aimant notre bien plus que Toi, le bien de tous. 

Or parmi les scandales, les crimes, et tant de méchancetés, il peut y avoir des fautes utiles à ceux qui les font. Les juges sérieux les réprimandent en vertu de la règle de la perfection, mais en même temps ils font valoir leurs mérites parce qu'ils espèrent un jour en récolter quelque chose comme le blé en herbe que l'on moissonne.

Il y a aussi certaines fautes qui ressemblent à des scandales ou à des crimes, mais qui ne sont pas des fautes parce qu'elles n'offensent ni Toi, Seigneur notre Dieu, ni la communauté sociale. Il peut arriver, par exemple, qu'on amasse certaines choses, en prévision des aléas de la vie, sans pour autant agir par cupidité, ou encore qu'on punisse quelqu'un avec l'intention zélée de le corriger au nom d'un pouvoir fort, sans forcément par désir de nuire. Beaucoup d'actions qu'on voit condamnées par les hommes sont approuvées par Ton jugement, et beaucoup qui sont approuvées par les hommes sont rejetées par Ton jugement. Souvent l'apparence d'une action est différente de l'intention de son agent et de l'articulation secrète des circonstances.

Mais quand c'est Toi qui commandes soudain quelque chose d'inaccoutumé et d'imprévu, même si Tu l'as interdit à une époque, et que pour un temps Tu caches la raison de Ton commandement, et que cela s'oppose même au pacte d'une quelconque société humaine, qui douterait qu'on ne doive le faire puisque la société humaine juste, c'est celle qui est attentive à Toi?

Heureux ceux qui savent que c'est Toi qui as commandé. Oui, tout ce qui est fait par Tes serviteurs l'est pour mettre en évidence les exigences du présent ou pour préfigurer l'avenir.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

Les commentaires sont fermés.