Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Morceaux choisis - 28 / Thérèse de Jésus

Thérèse de Jésus (Thérèse d'Avila)

0_1.jpg

On peut, me semble-t-il, arroser notre jardin de quatre façons: ou bien en tirant l'eau d'un puits, ce qui se fait à grand-peine; ou bien au moyen d'une noria et de godets et en se servant d'une manivelle, comme je l'ai fait quelque fois, ce qui donne moins de fatigue et amène plus d'eau; ou bien d'une rivière ou d'un ruisseau, ce qui arrose bien mieux, car la terre est bien plus gorgée d'eau, on n'a pas besoin d'arroser si souvent et le jardinier a beaucoup moins de travail; ou bien, s'il pleut beaucoup, c'est le Seigneur qui arrose alors le jardin sans aucun effort de notre part, et c'est, sans comparaison, bien mieux que tout ce qui vient d'être dit. 

Thérèse d'Avila, Livre de la vie, dans:  Thérèse d'Avila et Jean de la Croix, Oeuvres (Bibliothèque de la Pléiade/Gallimard, 2013)

image: Les Saules, Cologny / Suisse (2013)

Commentaires

"Ainsi que je l'ai dit, cette eau, je veux dire l'oraison d'union, est une faveur entièrement surnaturelle, qui ne dépend point de notre volonté. Dieu ne la donne à l'âme que pour la purifier, la rendre nette, et la délivrer de toute la fange ainsi que de toutes les misères où ses fautes l'avaient plongée…..
Dans l'oraison surnaturelle, le Seigneur nous transporte au but de notre course, sans que nous sachions comment..."
Thérèse d'Avila

Écrit par : Véra Kretz | 30/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.