Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2016

La spiritualité du Carmel - 4

Quelques traits caractéristiques de la spiritualité du Carmel - IV

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

3. Troisième caractéristique

C’est à partir de cette union intime à Dieu, dans la foi, que se développe de plus en plus un agir dont la source est à la fois la liberté humaine et Celui qui nous anime. Peu à peu, les mots de saint Paul trouvent une résonance profonde: Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi (Ga 2,20), alors qu’une autre parole de l’Apôtre traduit une expérience intérieure, déconcertante, apparemment contradictoire avec la précédente: Je ne comprends rien à ce que je fais: ce que je veux, je ne le fais pas, mais ce que je hais, je le fais (…) Vouloir le bien est à ma portée, mais non pas l’accomplir, puisque le bien que je veux, je ne le fais pas et le mal que je ne veux pas, je le fais. (Rm 7,15)

Dieu, écouté, contemplé dans l’Écriture et dans les événements, et servi dans le quotidien, est à l’œuvre dans sa créature, qui est pourtant encore pleine de défauts, parfois criants. Et Il agit en elle, et par elle, au delà ce qu’elle aurait pu imaginer. Ce n’est plus moi, c’est Lui...

Troisième caractéristique : cet agir branché sur le Christ, tête d’un Corps dont nous sommes les membres, a un accent d’universalité, de catholicité aux dimensions de l’Eglise universelle. Oui j’ai trouvé ma place dans l’Eglise et cette place, ô mon Dieu, c’est Vous qui me l’avez donnée… dans le cœur de l’Eglise, ma Mère, je serai l’Amour. (Thérèse de Lisieux, Manuscrit B)

Comment pourrait-il en être autrement? Le Carmel se situe au cœur, dans le Christ que nous rejoignons dans notre propre cœur. Ainsi placé, son regard ne peut que porter très loin, car plus on est au centre, plus on est en relation avec l’ensemble. Et comment l’esprit vivant du Carmel, son charisme, ne susciterait-il pas responsabilité et solidarité? Cette union vivante au Christ est une union à Celui qui s’est fait solidaire de tous les hommes jusqu’à donner Sa vie pour eux tous.

Mais quel est donc l’aspect du mystère du Christ auquel le Carmel est particulièrement sensible? Quels sont les textes d’Evangile qui inspirent ses choix? 

Des foules accouraient pour entendre Jésus et se faire guérir de leur maladie. Mais lui se retirait dans les solitudes et priait. (Lc 5,15-16) Jésus s’arrête régulièrement de guérir les malades qu’Il peut guérir et d’annoncer la Bonne Nouvelle qu’Il annonce dans la force de l’Esprit pour se retirer dans la solitude et prier, sachant que là s’opère une œuvre aussi grande que celle qu’Il accomplit dans Ses autres activités. Le Carmel aime à suivre Jésus dans cette prière. Et encore: A Gethsémani, Jésus prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée... Il leur dit: Mon âme est triste à en mourir. Demeurez ici et veillez avec moi... Il revient vers ses disciples et les trouve en train de dormir (cf. Mt 26,38 et 40). Le Carmel aime à répondre à l’appel de Jésus: Veillez et priez. Ce n’est pas tout...

Tous les saints du Carmel sont imbibés de la Parole de Dieu, lue, méditée, savourée, ruminée, digérée. Ils aiment à regarder Marie, mère de Jésus, qui, elle aussi, symbolise la vocation du Carmel. Auprès de Jésus, Marie gardait tous ces souvenirs et les méditait dans son cœur. (Lc 2,19). Auprès de Marie, le Carmel apprend à vivre en compagnie de Jésus, à Le regarder, à se laisser habiter par la Parole, à prier et à aimer au cœur de l’Église.

Mystérieux Carmel qui n’a pas de compétence particulière et qui s’avère souvent bien fragile. Dans le Christ, il rejoint néanmoins chaque homme et chaque situation humaine, au niveau le plus profond, là où le Christ Lui-même le rejoint.

Carmel de France, Quelques traits caractéristiques de la spiritualité du Carmel / extraits (carmel.asso.fr)

image: Carmel du Reposoir, France (service-des-moniales.cef.fr)

Une étreinte de feu - 235 / Basile de Césarée

Basile de Césarée (Basile le Grand)

littérature,spiritualité,prières,livres

Seigneur, Dieu éternel, lumière sans commencement ni fin, artisan de toute la création, source de pitié, océan de bonté, abîme insondable d'amour pour les hommes, fais briller sur nous la lumière de Ton visage. Luis dans nos coeurs, soleil de justice et remplis nos âmes de joie. Apprends-nous à méditer sans cesse, à nous inspirer de Tes commandements et sans cesse témoigner pour Toi, notre Maître et notre bienfaiteur. Aide-nous à faire ce que Tu aimes, pour que, malgré notre indignité, Ton nom soit glorifié, Père, Fils et Saint-Esprit.

Michel Wackenheim, Abba! - Les grandes prières de la vie chrétienne (Bayard, 2015)

image: Curio, Tessin / Suisse (2005)

Relire... Les Confessions - 27

Augustin d'Hippone

Relire... Les Confessions - XXVII

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres 

Je veux Te connaître, Toi qui me connais, Te connaître comme je suis connu. Force, pénètre-moi. Fais de moi ce que Tu veux. Tu m'auras, Tu me posséderas sans tache, sans ride. Oh c'est mon espoir, c'est pour quoi je parle. Cet espoir, c'est mon bonheur quand mon bonheur est sage. Pour le reste, dans cette vie, nous pleurons ce que nous ne devrions pas pleurer, et nous ne pleurons pas ce que nous devrions pleurer.

Oui, Tu as aimé la vérité car qui fait la vérité vient à la lumière. Je veux faire la vérité dans mon coeur, devant Toi, par l'aveu et par l'écriture, devant de nombreux témoins. Pour Tes yeux, Seigneur, les abîmes de la conscience humaine sont nus. Quel secret pourrais-je alors avoir, même si je ne voulais pas Te l'avouer? C'est Toi que je cacherais à moi-même et non l'inverse. Mon gémissement est maintenant la preuve de ma propre détestation. C'est Toi qui brilles et qui plais. Qui es aimé et désiré. Je me fais honte. Je me repousse. C'est Toi mon élu.  

Oui, c'est Toi, Seigneur, qui bénis le juste et qui, pour commencer, as rendu juste l'injuste. Sous Tes yeux, je Te fais mes aveux, en silence et pas en silence. Silence bruyant et cri d'amour. Je ne dis rien de juste aux hommes que Tu n'aies d'abord entendu. Et même, Tu n'entends rien de moi que Tu ne m'aies pas d'abord dit.

Saint Augustin, Les aveux / Les confessions (P.O.L, 2013)

image: Saint Augustin et le mystère de la sainte Trinité, Eglise catholique du Tarn / France (catholique-tarn.cef.fr)

01/10/2016

Thérèse de l'Enfant Jésus et Thérèse de Jésus

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et Sainte Thérèse de Jésus

par Robert Arcas, ocd

1.jpg 

Sainte Thérèse de Lisieux est fêtée deux semaines avant Sainte Thérèse d’Avila. Les fêtes des deux Thérèse sont proches dans le calendrier liturgique, elles pourraient être encore plus proches! Thérèse de Lisieux a quitté ce monde le 30 septembre 1897, vers 19h20. Pour Thérèse d’Avila, ce fut le 4 octobre 1582, vers 21h00, c’est-à-dire au début d’une nuit particulière qui dura jusqu’au 15 octobre 1582, à cause de la réforme du calendrier grégorien, un saut d’une dizaine de jours! Elles ont donc ce point commun de n’être pas fêtée exactement au jour anniversaire de leur mort, leur entrée dans la vie.

Entre ces deux grandes saintes, il y a bien d’autres points communs, autrement plus importants. Elles sont carmélites déchaussées, elles sont docteurs de l’Eglise! Celle que nous fêtons aujourd’hui est certainement plus largement connue dans le monde, à l’exclusion peut-être du monde hispanique qui connaît bien la Madre. Oui, la fille est plus populaire que la mère. Mais est-elle bien connue pour autant?

Sainte Thérèse d’Avila est grande par son œuvre dans l’histoire de l’Eglise, elle est à l’origine du Carmel déchaussé, féminin et masculin, et ses écrits sur l’itinéraire de l’âme vers Dieu lui ont valu le doctorat de l’Eglise. Sainte Thérèse de Lisieux est tout aussi grande, elle a réalisé dans l’Eglise un renouveau spirituel évangélique remarquable. Le Pape Pie XI a pu dire qu’elle était une parole de Dieu pour notre temps. La petite voie de Thérèse s’offre à tous pour progresser sur le chemin de la foi, de l’espérance et de l’amour. 

Thérèse a connu sainte Thérèse, avant d’entrer au Carmel de Lisieux, par la lecture, en 1886 et 1887, de l’Histoire de sainte Thérèse des Bollandistes. Un ouvrage impressionnant par ses 1045 pages, en deux tomes, dans lequel Thérèse a littéralement plongé. Elle a été profondément impressionnée et formée par ce livre à tel point qu’elle n’en a pas parlé pendant qu’elle en faisait la lecture, comme cela lui arrivera plus tard en découvrant le Cantique Spirituel de saint Jean de la Croix. Cette lecture la touchait tellement au cœur, dans sa relation d’amour avec Dieu que c’était trop intime pour en parler sur le moment. C’est en faisant cette lecture que Thérèse a pris connaissance de la personnalité de la Madre et de sa spiritualité.

Et c’est en vivant au Carmel que Thérèse va pleinement intégrer le fruit de cette riche lecture. Elle va alors faire l’expérience communautaire de la vie de la carmélite, à l’école de sainte Thérèse de Jésus: une vie de silence et de solitude dans l’espace de la clôture, une vie dans une ambiance conviviale et fraternelle, par l’observance de la Règle et des Constitutions. Les deux Thérèse ont eu la même prière pour les prêtres, le même désir de la sainteté, le même amour de l’Eglise.

Bien des expressions que l’on connaît chez Thérèse de l’Enfant Jésus sont déjà présentes chez Thérèse de Jésus, en particulier à propos de la miséricorde de Dieu. Toutes les deux sont de grands apôtres de la miséricorde de Dieu.

L’une est bien la fille de l’autre, une fille qui rappelle sa mère mais qui en même temps est très différente de sa mère, très originale, très indépendante. Thérèse de l’Enfant Jésus fait partie de ces tout-petits, véritablement humbles, qui ont accueilli la révélation de l’amour de Dieu, de Sa miséricorde. De ces petits qui vont vers Dieu pour y trouver le repos, l’allégement du fardeau. Ils ont cette confiance profonde qui est le véritable moteur pour avancer sur le chemin de la sainteté.

Robert Arcas, Homélie pour Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus / extrait - 1er octobre 2015 (carmel.asso.fr)

Référence: Société des Bollandistes (bollandistes.org)

Une étreinte de feu - 234 / Thérèse de l'Enfant Jésus

Thérèse de l'Enfant Jésus (Thérèse de Lisieux)

00_28 Carmel du Broussey.png

Mon Dieu, je Vous offre toutes les actions que je vais faire aujourd'hui, dans les intentions et pour la gloire du Coeur Sacré de Jésus; je veux sanctifier les battements de mon coeur, mes pensées et mes oeuvres les plus simples en les unissant à Ses mérites infinis, et réparer mes fautes en les jetant dans la fournaise de Son amour miséricordieux.

O mon Dieu! je Vous demande pour moi et pour ceux qui me sont chers, la grâce d'accomplir parfaitement Votre sainte volonté, d'accepter pour Votre amour les joies et les peines de cette vie passagère, afin que nous soyons un jour réunis dans les Cieux pendant toute l'éternité.

Ainsi soit-il.

Thérèse de Lisieux, Prières, dans: Oeuvres complètes (Cerf, 1992)

image: Carmel du Broussey / France (carmel.asso.fr)

La spiritualité du Carmel - 3

Quelques traits caractéristiques de la spiritualité du Carmel - III

littérature,spiritualité,morceaux choisis,livres

2. Deuxième caractéristique

Mais il faut aller plus loin ou plus précis… Et voici la deuxième caractéristique.

Toute vie chrétienne profonde se traduit par une relation vivante au Seigneur. Chez la plupart des saints et des bienheureux du Carmel, on remarque que cette relation a une note d’intériorité particulière. Pour Thérèse d’Avila, Jean de la Croix, Élisabeth de la Trinité, le Seigneur avec lequel et en présence duquel ils vivent, est d’abord présent en eux, selon les affirmations de la Parole de Dieu. C’est pourquoi ils interpellent, comme le fait Jean de la Croix (Cantique spirituel B): O mon âme, la plus belle entre les créatures, toi qui désires si ardemment savoir où se trouve ton Bien-Aimé, afin de Le chercher et de t’unir à Lui, voici qu’on te le dit: tu es toi-même la demeure où Il habite, la retraite où Il se cache. Quelle joie, quelle consolation pour toi! Ton trésor, l’objet de ton espérance, est si proche de toi qu’il est en toi-même, ou pour mieux dire, tu ne saurais exister sans lui. Ecoute: Voici que le royaume de Dieu est au dedans de vous. (Lc 17,21) Et l’apôtre Paul nous dit de son côté: Vous êtes le temple de Dieu. (2 Co 6,16)

Pourquoi donc vas-tu chercher le Seigneur si loin alors qu’Il s’est fait si proche de toi? Pourquoi Lui parles-tu comme à quelqu’un d’extérieur à toi, - ce qu’Il est certes – en méconnaissant qu’Il est aussi présent en toi? Comment peux-tu reconnaître vraiment que le Seigneur est dans le prochain que tu sers, si tu ne reconnais pas qu’Il est d’abord en toi, plus intime à toi-même que toi-même?... Où demeures-Tu? Dans tes pensées, tes affects, tes projets, tes inquiétudes, tes espoirs... alors que le Seigneur demeure en Toi... et t’y attend aussi. Demeurez en moi comme moi en vous. (Jn 15,4)

La dignité inouïe de l’homme est ici saisie à partir de l’œuvre de miséricorde du Seigneur. C’est Lui qui a choisi, dans une audacieuse folie, de venir faire Sa demeure en l’homme. Le Carmel ne se contente pas de connaître cette vérité, ni de l’affirmer. Dans la grâce du baptême, il se reconnaît appelé à en faire l’expérience. L’Esprit Saint est ici son Maître intérieur et les saints du Carmel, à la suite du Christ, sont ses compagnons et ses guides. Ils ont eux-mêmes vécu cette aventure, dans la foi, à la lumière de la Parole de Dieu, et dans la joie de constater que l’engagement sur ce chemin change le regard et la vie, ils invitent à s’y aventurer.

Peu à peu, avec les années, ou les décennies, tout le créé se révèle tel qu’il est: il ne prend sa vraie valeur que dans sa relation à Dieu et à Son projet de vie pour l’humanité. Les plus petites créatures apparaissent revêtues de la beauté du Créateur et les plus humbles occupations prennent une valeur quasi infinie dès lors qu’elles sont faites par amour, en union à la volonté de Dieu et pour le bien des hommes. Par contre, en dehors de cette relation vitale, tout apparaît de plus en plus fade et pâle... Les vues de Dieu ne sont pas comme les vues de l’homme, car l’homme regarde à l’apparence, mais le Seigneur regarde au cœur. (1 S 16,7)

Ce qui est petit, et parfois minable au regard humain, peut être grand aux yeux de Dieu. La spiritualité du Carmel, marquée par l’intériorité de l’Esprit Saint, est aussi placée sous le signe du cachéJe te bénis Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux habiles et de l’avoir révélé aux petits. (Mt 11,25)

Carmel de France, Quelques traits caractéristiques de la spiritualité du Carmel / extraits (carmel.asso.fr)

image: Carmel de France (carmel.asso.fr)

30/09/2016

La citation du jour - 541 / Pape François

Pape François

littérature,spiritualité,citations,livres 

Ouvrons au Seigneur nos tombeaux scellés – chacun de nous les connais – pour que Jésus entre et donne vie; portons-lui les pierres des rancunes et les amas du passé, les lourds rochers des faiblesses et des chutes. Il souhaite venir et nous prendre par la main, pour nous tirer de l’angoisse. Mais la première pierre à faire rouler au loin cette nuit, c’est le manque d’espérance qui nous enferme en nous-mêmes. 

Pape François, Veillée pascale en la Nuit Sainte - 26 mars 2016 (w2.vatican.va)

image: http://cdn2.wallpapersok.com

00:03 Publié dans Citation du jour, Pape François | Tags : littérature, spiritualité, citations, livres | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | Pin it! | | Digg! Digg